Cet article date de plus de 4 ans

Chartres : la maison Picassiette vandalisée

La maison Picassiette, monument phare de Chartres, a été vandalisée dimanche 26 février... La municipalité travaille désormais à restaurer la pièce abimée de cette maison construite à partir de fragments de verre et de porcelaine.
© France 3 Centre-Val de Loire
Certains morceaux de la maison Picassiette jonchent encore le sol. Ils doivent être ramassés et conservés pour la réparation. C'est lundi 27 février que le gardien des lieux a découvert que la miniature de la cathédrale de Chartres a été vandalisée. 

Les caméras de surveillance montrent qu'un homme a escaladé le portail et s'est attaqué à l'oeuvre de Raymond Isidore. L'artiste a voué sa vie à la construction de sa maison, classée moment historique depuis 1983. 

Une maison entretenue par une association d'insertion

Le temps abîme l'édifice qui date de 1952. L'entretien est assuré par une association d'insertion qui recolle les morceaux de tessons. Face à la végétation qui reprend ses droits, il faut enlever les mousses le plus délicatement possible car les pièces sont fragiles. La météo, avec le gel, l'humidité font que certains fragments se décollent.

29 000 heures passées à décorer

Raymond Isidore a passé 29 000 heures à la décoration de sa maison. Au total, il a utilisé 15 tonnes de débris de vaisselles et de verres multicolores, trouvés dans les décharges publiques. Ses créations ne se sont arrêtées qu'à sa mort, en 1964. La ville de Chartres a ensuite acquis cette demeure en 1981.

Réouverture en avril

Un conservateur est missionné pour remettre l'oeuvre en état. La police poursuit son enquête et n'a, pour l'instant, arrêté aucun suspect. Le musée ouvrira de nouveau ses portes au public au mois d'avril.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture faits divers