• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Eure-et-Loir : l'un des kamikazes fréquentait la mosquée de Lucé [Mis à jour]

Le quartier de la Madeleine à Chartres où aurait résidé Omar Ismaïl Mostefaï durant plusieurs années. / © F3
Le quartier de la Madeleine à Chartres où aurait résidé Omar Ismaïl Mostefaï durant plusieurs années. / © F3

Le preneur d'otage français qui a fait exploser vendredi soir sa ceinture d'explosifs après avoir tiré sur le public d'un concert au Bataclan fréquentait la mosquée de Lucé.  

Par Ch.L avec AFP

Selon les enquêteurs, Omar Ismaïl Mostefaï aurait fréquenté assidûment la mosquée de Lucé, près de Chartres (Eure-et-Loir). Il s'y serait radicalisé au contact d'un islamiste venu de Belgique. Le président de la mosquée Abdallah Benali, a assuré dimanche qu'il ne le "connaissait pas". 

Le kamikaze a habité Chartres jusqu'en 2012

Ce Français de 29 ans, qui a participé à la prise d'otages sanglante dans la salle de spectacle du Bataclan, était connu dans le quartier de la Madeleine à Chartres où il a résidé entre 2005 et 2012 avec ses parents, ses trois frères, ses deux soeurs, sa femme et sa petite fille née en 2010.  "Tout le monde est parti en 2012", a indiqué une voisine, en précisant que le jeune homme " ne se cachait pas de faire des petits trafics de drogue". "Nous avions des relations normales, des relations de voisinage" avec la famille, a-t-elle ajouté.

Fiché à la DCRI

Condamné à huit reprises pour des délits de droit commun (conduite sans permis, outrages), Omar Ismaïl Mostefaï avait été fiché par la DCRI pour radicalisation en 2010. Le kamikaze a été identifié par ses empreintes, grâce à un doigt sectionné retrouvé au Bataclan, où se tenait un concert rock lors de l'irruption des jihadistes. 

Les enquêteurs tentent de confirmer qu'il a bien séjourné en Syrie en 2014. 

Interpellation de six membres de sa famille

Six membres de son entourage familial ont été placés en garde à vue, dont son père, un de ses frères et la femme de ce dernier. Leurs domiciles, situés respectivement à Romilly-sur-Seine (Aube) et Bondoufle (Essonne), ont été perquisitionnés samedi soir.  

Restez informés en temps réel

Après les attaques à Paris, l'enquête : suivez les évolutions en direct 

A lire aussi

Sur le même sujet

Sécurité et effectif policier sur Tours

Les + Lus