La fibre optique bientôt dans les communes rurales selon un rapport d'une député d'Eure-et-Loir

(Archives) Installation d'une tranchée de fibre optique à Saint-Rambert-en-Bugey, un village de la région Auvergne-Rhône-Alpes / © DR
(Archives) Installation d'une tranchée de fibre optique à Saint-Rambert-en-Bugey, un village de la région Auvergne-Rhône-Alpes / © DR

C'est une forte attente en milieu rural: réduire la fracture numérique. La commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale a appelé mercredi à offrir la fibre optique à l'intégralité de la population.

Par Fabienne Marcel

Le haut débit disponible partout d'ici 2020, Emmanuel Macron veut accélérer le mouvement. Il a promis une couverture de la France entière "en haut et très haut débit" d'ici "à la fin de l'année 2020" et "non plus 2022".

Nous devons donc, d'ici à la fin de l'année, prendre des mesures nouvelles d'incitation et de contrainte à l'égard des opérateurs de téléphonie, a-t-il souligné. Les déploiements ne sont pas assez rapides. Les opérateurs, aujourd'hui, rechignent encore dans les endroits qui sont les moins rentables.

LIRE :
Coût de la fibre optique partout en France ? 21 milliards d'euros sur 15 ans, selon l'Arcep

Ce mercredi 27 septembre, le rapport, présenté par la députée de l'Eure-et-Loir Laure de la Raudière (LR) et son collègue des Côtes d'Armor Eric Bothorel (LREM), demande que "l'Etat garantisse que la fibre optique sera disponible pour 100% des Français à l'horizon 2025".

Via son plan "France Très haut débit", le gouvernement compte sur une couverture intégrale du territoire en très haut débit d'ici à 2022. Le projet passera par un investissement de 20 milliards d'euros jusqu'en 2020, partagé entre opérateurs privés, collectivités territoriales et Etat.

Si c'est la fibre optique qui est mise en avant, le plan table aussi sur le satellite, la montée en débit sur le réseau cuivre actuel (ADSL) et la 4G fixe pour les territoires moins accessibles. Les auteurs du rapport craignent que cette montée en débit sur le cuivre, ainsi que les technologies alternatives choisies pour les zones reculées, "finissent par devenir une réalité pérenne pour une partie des citoyens".

L'accès au très haut débit pour l'ensemble des Français, prévu pour 2022, (ne serait) donc pas synonyme d'accès à la fibre optique pour tous,

s'inquiètent les élus, en particulier pour les "zones rurales, insulaires et de montagne". Selon l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, près de 7,5 millions de consommateurs sont privés d'un accès à internet "correct", estimé à au moins 3mégabits par seconde. Près de 500.000 d'entre eux n'ont même aucun accès à internet, essentiellement dans les départements ruraux.

Mais l'étude, publiée mardi par l'association, estime que la couverture totale du pays en très haut débit ne pourra pas être réalisée avant 2035, au rythme actuel des déploiements. Dans ce contexte, les députés, qui appellent parallèlement à une couverture intégrale et "irréprochable" en 2G (voix et SMS), suggèrent d'imposer de nouvelles obligations aux opérateurs à l'occasion du renouvellement de fréquences prévu dans les prochaines années.

La solution avait aussi été envisagée ce mois-ci par le régulateur, l'Arcep, en échange d'une "stagnation" des redevances versées par les opérateurs.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Antenne régionale de la chaîne de l'espoir à Tours

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés