Nogent-le-Rotrou : la mère du bébé retrouvé à l'arrière du pick-up confie un déni de grossesse

De nouveaux éléments dans l'affaire du bébé abandonné - Photo d'illustration / © MAXPPP
De nouveaux éléments dans l'affaire du bébé abandonné - Photo d'illustration / © MAXPPP

Le 11 décembre, une Nogeantaise avait découvert, à l'arrière de son pick-up, un nourrisson en état d'hypothermie, encore attaché à son cordon ombilical. 

Par Yacha Hajzler

C'est l'ADN qui a parlé. Grâce à l'enfant lui-même, et à des traces retrouvées sur la couverture, la police scientifique a pu identifier les parents du nouveau-né abandonné à l'arrière d'un pick-up à Mauves-sur-Huisne dans l'Orne.

Le 11 décembre, il avait été découvert par la propriétaire du véhicule, lors de son arrivée à son domicile, à Nogent-le-Rotrou. Encore relié à son cordon ombilical, l'enfant avait manifestement été abandonné à l'accouchement. 
 

Un déni de grossesse


C'est le père qui a d'abord été retrouvé grâce aux analyses. Âgé de 22 ans, il ignorait tout de l'existence de l'enfant. Visiblement choqué, il est rapidement sorti de garde-à-vue. Aucune poursuite n'est envisagé contre le jeune homme, qui ignore encore s'il va reconnaître cet enfant, dont il n'est pas sûr de pouvoir s'occuper correctement. 

C'est en enquêtant sur le jeune homme que la mère a été rapidement retrouvée et auditionnée. Elle a confié aux enquêteurs avoir fait un déni de grossesse : la jeune femme avait souhaité interrompre cette grossesse, mais l'IVG médicamenteuse n'a pas fonctionné. Elle a accouché seule, au domicile de sa mère. Après avoir nettoyé les lieux, elle s'est dirigée vers l'hôpital de Nogent-le-Rotrou. 
 

La mère poursuivie pour délaissement de mineur


Elle a raconté aux enquêteurs avoir abandonné son enfant parce qu'elle ne se sentait pas capable de l'élever, et souhaitait pour lui "une vie meilleure". Elle l'avait déposé à l'arrière du pick-up, à proximité d'un groupe de personne, certaine que quelqu'un l'entendrait.

Poursuivie pour délaissement de mineur, elle a été libérée sous contrôle judiciaire. Une expertise psychiatrique a été demandée, et les parents de la jeune femme devraient être entendus. La jeune femme encourt jusqu'à 7 ans d'emprisonnement. Elle aurait demandé un avocat pour finalement reconnaître l'enfant. 

Celui-ci a été confié à l'Aide Sociale à l'enfance du département de l'Orme. 
 

L'interview de Rémi Coutin, procureur de la République

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus