• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Sécheresse : 33 communes d'Eure-et-Loir reconnues en état de catastrophe naturelle

Une maison fissurée (photo d'illustration). / © PHOTOPQR/JOURNAL SAONE ET LOIRE/MAXPPP
Une maison fissurée (photo d'illustration). / © PHOTOPQR/JOURNAL SAONE ET LOIRE/MAXPPP

33 communes d’Eure-et-Loir ont été reconnues en état de catastrophe naturelle après les mouvements de terrains liés à la sécheresse, à la fin de l’année 2018.

Par Julie Postollec

En 2018, l’Eure-et-Loir, comme d’autres départements de la région, a connu une période de sécheresse puis de réhydratation des sols qui a entraîné des mouvements de terrain. Ces derniers peuvent alors provoquer des fissures sur les façades, le décollement de bâtiments annexes, terrasses, etc.

Par un arrêté du 16 juillet, publié au journal officiel ce vendredi 9 août, 33 communes du département sont reconnues en état de catastrophe naturelle, pour des "mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols du 1er octobre 2018 au 31 décembre 2018".

Les communes concernées sont les suivantes :
  • Abondant
  • Auneau-Bleury-Saint-Symphorien
  • Authon-du-Perche
  • Bailleau-l'Évêque
  • Barjouville
  • Béville-le-Comte
  • Bouville
  • La Chapelle-du-Noyer
  • Chapelle-Guillaume
  • Chartres
  • Châteaudun
  • Cloyes-les-Trois-Rivières
  • Coltainville
  • Commune nouvelle d'Arrou
  • Les Corvées-les-Yys
  • Le Coudray
  • Épernon
  • Ermenonville-la-Grande
  • Gommerville
  • Le Gué-de-Longroi
  • Janville-en-Beauce
  • Lèves
  • Lucé
  • Luisant
  • Mainvilliers
  • Mézières-en-Drouais
  • Nogent-le-Rotrou
  • Poupry
  • Saint-Aubin-des-Bois
  • Saint-Denis-Lanneray
  • Saint-Prest
  • Thivars
  • Les Villages-Vovéens
Les sinistrés ont désormais dix jours suivant la publication de l’arrêté interministériel pour faire des démarches auprès de leur assureur, et bénéficier de la garantie catastrophe naturelle. Soit jusqu’au lundi 19 août 2019 inclus.

 

Les communes rejetées

Certaines communes ont vu leur demande de reconnaissance en état de catastrophe naturelle rejetées :
  • Sorel-Moussel (mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2018)
  • Saint-Maur-sur-le-Loir (mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols du 1er juin 2018 au 31 août 2018)
  • Chartainvilliers (mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols du 1er juin 2018 au 30 septembre 2018)
  • Dreux (mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols du 1er juin 2018 au 30 septembre 2018)
  • Bonneval  (mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols du 1er juillet 2018 au 30 novembre 2018)
  • Favières (mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols du 1er août 2018 au 31 août 2018)

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le doublement du pont de Jargeau fait toujours débat

Les + Lus