• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

François Bonneau inquiet de la réforme de l'apprentissage

François Bonneau était l'invité politique du 19/20 ce lundi 23 avril. Le président du Conseil Régional (PS) s'est dit très inquiet de la future réforme de l'apprentissage qui transférerait la compétence de la formation aux branches professionnelles. 

Par RB

François Bonneau était l'invité politique du 19/20 ce lundi 23 avril. Le président du Conseil Régional (PS) s'est dit très inquiet de la future réforme de l'apprentissage qui sera présentée en Conseil des Ministres vendredi par Muriel Pénicaud la ministre du Travail. La réforme prévoit notamment le transfert de la compétence de l'apprentissage aux branches professionnelles alors que celle-ci est aujourd'hui du ressort des régions.

Si nous confions aux branches professionnelles et à elles seules la responsabilité d'organiser l'apprentissage sur le territoire, il y aura des trous dans la raquette : les territoires ruraux et les quartiers périphériques de nos grandes villes. Il faut une grande réforme de l'apprentissage mais pas en l'organisant comme un marché. C'est très inquiétant car nous voulons que plus de jeunes puissent venir à la formation professionnelle et à l'emploi, c'est une nécessité.

Le président de la région s'est aussi exprimé sur la situation actuelle de la SNCF, un mois avant la signature de la convention annuelle entre la collectivité et l'entreprise publique pour les lignes ferroviaires régionales. 

Qu'il y ait à améliorer la qualité du service ferroviaire c'est une évidence, que nous nommons comme principaux responsables de la situation parfois difficile de la SNCF les cheminots ce n'est pas juste. Actuellement je renégocie la convention avec la SNCF pour qu'il y ait plus de qualité de service, plus de régularité sur nos TER mais aussi sur les trains d'aménagement du territoire qui viennent d'être confiés aux régions. 

François Bonneau a aussi confirmé son attachement au Parti Socialiste en pleine refondation au lendemain de la nomination du nouveau secrétaire du parti Olivier Faure.

Je crois au PS, à ses valeurs humanistes, à sa volonté de justice. Je crois aussi en sa volonté de faire vivre la démocratie là où l'on peut avoir des approches technocratiques, donc oui le Parti Socialiste a un avenir dès lors qu'il ne se referme pas sur lui-même.
 

François Bonneau invité de Rebecca Benbourek dans le 19/20 Centre Val de Loire

 

François Bonneau en cinq dates clés

1953 : naissance à Amilly dans le Loiret
1977 : adhésion au Parti Socialiste
1997 : candidat malheureux aux législatives dans le Montargois
2007 : remplace Michel Sapin en tant que président du Conseil Régional
2015 : réélu pour la deuxième fois à la tête du Conseil Régional


François Bonneau en cinq dates clés

 

Sur le même sujet

Sécurité et effectif policier sur Tours

Les + Lus