• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

La Méhari fête ses 50 ans en grandes pompes à Amboise jusqu'au 8 mai !

50 ans et pas une ride ! / © France 3 CVDL
50 ans et pas une ride ! / © France 3 CVDL

A Amboise la voiture mythique de Citroën, la Méhari, fête ses cinquante ans jusqu'au mardi 8 mai. Plus de 300 véhicules et leurs propriétaires ont répondu présents pour célébrer en grandes pompes le cabriolet à la carrosserie en plastique. Super !

Par Elsa Cadier

300 Méharis à Amboise pour fêter les 50 ans de la voiture mythique


300 Méharis réunies à Amboise (Indre-et-Loire) jusqu'au 8 mai, c'est du jamais vu ! Les petites voitures à la carrosserie en plastique et leurs propriétaires sont venus de toute la France et même d'ailleurs pour fêter les 50 ans du véhicule mythique de Citroën. Pendant quatre jours, le Méhari club de France organise sur les routes de Touraine un rallye touristique, des ballades et des expositions des véhicules. 

Mardi 8 mai, à partir de 8h30, un défilé avec les Méharis est prévu en centre-ville d'Amboise (départ de l'Ile d'Or). Il se terminera par un tour d'honneur au parc du Clos Lucé. 


Un peu d'histoire

La Méhari, née en mai 68, a elle aussi provoqué une révolution. Conçue au départ comme une voiture utilitaire et vendue comme une petite camionnette passe partout, elle facilite le transport d'objets en tous genre pour les artisans. Avec sa carrosserie en plastique, ce cabriolet atypique, léger et agile séduit les habitants des campagnes. Haute, elle est une véritable petite baroudeuse... très pratique pour rouler sur les chemins cahotiques. Elle est même idéale pour les vignerons. 

Le succès est immédiat. La Méhari deviendra très vite l'une des plus mythiques automobiles françaises et incarnera un symbole de liberté. Dans les années 70-80, elle est le "best seller" de Citroën. En 19 ans, la Méhari s'est vendue à 145.000 exemplaires. La production est arrêtée en 1987 et la voiture renaîtra de ses cendres en 2016 en version néo-rétro 100 % électrique. La E-MEHARI a pourtant du mal à trouver son public, mais la marque aux chevrons compte bien sur elle pour redorer l'image de son ancêtre, en faisant notamment appel à Jean-Charles de Castelbajc, après avoir lancé le concept-car signé Courrèges en 2016. Un modèle au nom du créateur sera bientôt commercialisé. 


Sur le même sujet

Maltraitance animale : l'ours Mischa soigné en urgence au refuge de

Les + Lus