Dans le Sud-Touraine, une cagnotte pour soutenir La P'tite Fabrique de Cirque, association en grande difficulté

Fondée en 2013 à Beaulieu-les-Loches, la P'tite Fabrique de Cirque est à la fois une école et une compagnie itinérante sous chapiteau.  Pour cette association l'année 2020 s'annonçait fort belle avant l'épidémie de COVID-19. Ecoles fermées, festivals annulés, l'avenir est aujourd'hui bien sombre.

La P'tite Fabrique de Cirque dans le Sud de la Touraine tire la sonnette d'alarme
La P'tite Fabrique de Cirque dans le Sud de la Touraine tire la sonnette d'alarme © La P'tite Fabrique de Cirque

"On travaille à un rythme très saisonnier : à partir de février-mars, on part en tournée avec notre chapiteau, jusqu'à la fin-août. Tout s'est arrêté le 16 mars avec la mise en place du confinement."

Un trou de 75000 euros

Fondatrice de l'association, Valérie Meyer craint le pire aujourd'hui. Fermeture des écoles, puis annulation en cascade des spectacles et festivals, la petite stucture artistique se retrouve sans aucune activité et sans la moindre rentrée d'argent. Une perte sèche estimée à 75000 euros. Un bien grand trou pour La P'tite Fabrique...

L'agenda 2020 était pourtant bien rempli, avec la tournée des écoles de la Région au printemps, puis les grands festivals en été :

"Tout le mois de juillet, on devait implanter notre chapiteau au festival d'Avignon. On travaille avec la Ligue de l'Enseignement du Vaucluse qui organise une cour spéciale jeune public où l'on accueille d'autres compagnies tout en jouant nos spectacles. Au mois d'août, on devait présenter "2 comme 1 accord", notre nouveau spectacle, au festival d'Aurillac."

Il faut tenir maintenant jusqu'au printemps prochain, mais comment?

"On a bien réussi à reporter quelques dates avec les écoles à l'automne prochain, mais sans la moindre certitude, explique Valérie. Qu'en sera-t-il alors de l'épidémie, quelles seront les conditions d'accueil du public? Le chapiteau, c'est un théatre..."

La P'tite Fabrique de Cirque ne compte qu'un salarié permanent, Julien Gerbier, à la fois artiste et coordinateur technique. Celui-ci est au chomage partiel jusqu'au mois d'août. Mais l'équipe est aussi composée en moyenne d'une dizaine d'intervenants, des intermittents du spectacle (artistes, techniciens). Sans rentrée d'argent, l'association ne peut pas les payer.

Un appel à l'aide lancé sur internet

L'asso avait donc bien besoin d'un coup de pouce, mais ses membres hésitaient à faire appel au financement participatif. Ils se sont finalement laissés convaincre :

"Grâce à nos spectacles, les gens nous connaissent bien, notamment dans le territoire du Lochois, et certains d'entre eux nous ont spontanément proposé de nous aider pendant le confinement. Des parents d'élèves aussi, dans des écoles où nous avons travaillé, nous ont suggéré d'ouvrir une cagnotte."

C'est donc chose faite aujourd'hui, avec une campagne de soutien HelloAsso, qui a déjà permis de récolter plus de 4600 euros, 75% de l'objectif fixé à 6000. C'est peu, certes, par rapport aux pertes financières de La P'tite Fabrique de Cirque, mais ce sera, à n'en pas douter, une petite pierre pour consolider un fragile édifice, et éviter, peut-être, son effondrement.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture spectacle vivant éducation société solidarité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter