• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Tours : Interm'Aide, une structure pour accueillir les femmes victimes de violences

Photo d'illustration Association de femmes battues - Lille / © Max Rosereau MaxPPP
Photo d'illustration Association de femmes battues - Lille / © Max Rosereau MaxPPP

A Tours, il existe depuis 2006 un accueil de jour pour femmes victimes de violence, « Interm’Aide », créé et géré par le Secours Catholique.

Par Isabelle Racine

Au commencement, en 2006, le Secours Catholique d'Indre-et-Loire a ouvert un accueil "Interm'Aide" pour les femmes en précarité, avec ou sans enfant pour qu’elles aient un lieu pour trouver refuge en journée. En 2012, le Secours Catholique a ajouté à cette offre un accompagnement spécifique pour les femmes victimes de violences.

Pour Bénédicte Delavault, coordinatrice d’Interm’Aide au Secours Catholique, c’est un « accueil inconditionnel des femmes et de leurs enfants ». Une trentaine de bénévoles se relaie, par binome, toute la journée et toute la semaine pour proposer aux femmes victimes de violence un endroit pour se poser… quelques heures ou une journée.
Ici, des bénévoles sont là pour les accueillir, les écouter, les soutenir, les accompagner dans les démarches et les orienter vers les partenaires comme le Centre d’Information sur le Droit des Femmes, France Victimes

Quand une femme arrive à la maison « Interm’Aide » de Tours, les bénévoles s’assurent tout d’abord qu’elle a un hébergement d’urgence (en lien avec le 115), qu’elle est donc à l’abri. Elle trouve à sa disposition une cuisine dans laquelle elle peut préparer un repas, prendre une douche, laver du linge.
Elle a accès à internet ce qui lui permet d’effectuer des recherches, de communiquer avec sa  famille.
 

De la convivialité et de la chaleur avant tout

Les femmes accueillies peuvent aussi participer à des activités collectives comme par exemple des ateliers cuisine ou pâtisserie, jardinage, coiffure, manucure…
L’idée, c’est de changer les idées, de faire passer un moment agréable à ces femmes qui ont souffert dans le passé et qui souffrent encore.

L’aspect convivial et chaleureux est très important. Bénédicte Delavault, coordinatrice d’Interm’Aide au Secours Catholique.
 

Des professionnels

Une psychologue spécialisée dans les violences faites aux femmes assure une permanence trois vendredis par mois. Elle reçoit les femmes en consultation individuelle sur proposition des bénévoles qui ont détecté une souffrance psychologique ou sur demande des femmes elles-mêmes.
Une conseillère conjugale et écoutante psychosociale, effectue des permanences hebdomadaires qui complètent les possibilités d’écoute et d’orientation faites aux femmes. 
Ponctuellement un médecin et une infirmière d’Entraides et Solidarités organisent des campagnes de vaccinations et proposent une orientation vers un parcours de soins.
Sur l’année 2017, 228 heures de permanence ont été financées par le Secours Catholique.
 

Une équipe de bénévoles

Une équipe de 35 bénévoles se relaie par binôme sur les créneaux du matin (9 h 30 à 12h), du midi (12 h à 14 h) et de l’après-midi (14 h à 17 h 30).
Les bénévoles qui accueillent les femmes sont retraitées ou en activité. Elles viennent du secteur social, médical et paramédical ou de l’enseignement. 

Chaque année, en moyenne 400 femmes sont accueillies dans les locaux d’Interm’Aide. Pour 250 d’entre elles, ce sont des femmes qui franchissent la porte du local pour la première fois. Les autres viennent parfois depuis des mois et même des années.

Interm’Aide
Rue de la Faye à Tours
Accueil de 9 h 30 à 17 h 30 du lundi au vendredi et de 13 h 30 h à 17 h 30 durant le week-end.


La comédienne Muriel Robin, rejointe par 87 autres personnalités, a signé ce dimanche dans le Journal du Dimanche une tribune pour que les victimes de violences conjugales "ne meurent plus dans l'indifférence totale" et appelle à un rassemblement le 6 octobre à 14 h devant le Palais de Justice à Paris.
A Blois, un rassemblement est prévu ce samedi à 11 h devant le palais de justice de Blois, organisé par le Collectif du droit des femmes Loir-et-Cher.

En France :
Tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou de son ancien conjoint. L'an dernier 123 femmes ont ainsi perdu la vie tandis que 225 000 autres ont été victimes de violences conjugales.
La lutte contre les violences faites aux femmes a été proclamée grande cause nationale pour l'année 2018.
 

Interm'Aide en quelques chiffres

En 2017, 313 femmes différentes ont fréquenté Interm’Aide, soit 4164 passages. Ce chiffre est en augmentation de 47% par rapport à 2016.
70 femmes et 40 enfants fréquentent en moyenne Interm’aide chaque mois.

Une fréquentation en forte hausse
Le nombre cumulé de visites s’élève à 4 164 en 2017 pour les femmes. En 2016, ce nombre était de 2841 visites, ce qui représente une augmentation de 47%.
Pour les enfants, la progression est de 14%, avec 1 692 passages enregistrés contre 1 481 en 2016.
Au total, 313 femmes ont fréquenté l’accueil en 2017, contre 248 en 2016, soit une augmentation de 26%.
En 2017, Interm’Aide a été ouvert 290 jours. (Chiffres Secours Catholique d'Indre-et-Loire)
 

Sur le même sujet

Indre-et-Loire : un Rabelais de poche aux enchères le 16 juin

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer