"À Voix haute" : avec l'Opéra de Tours, un choeur ouvert aux personnes qui vivent des situations difficiles

Créé en janvier 2022 au sein de l'Opéra de Tours, avec l'aide de plusieurs associations locales de solidarité, le chœur À Voix haute est destiné à rassembler dans le chant des personnes qui traversent des situations difficiles. Chants traditionnels ou standards de la pop, le répertoire évolue selon les suggestions et les envies de chacun. Une forme d'exutoire, une façon d'oublier, le temps des répétitions ou concerts, des parcours compliqués.

La bibliothèque centrale de Tours organise, mercredi 20 mars, une soirée consacrée à "l'art à la rue", qui a pour ambition de rendre visible la pratique artistique des personnes sans-abri, entendre leurs témoignages, comprendre ce qui les pousse à créer.

Outre l'exposition, baptisée "les oubliés nous parlent", des œuvres de Jean-Michel Roux, peintre et écrivain autodidacte (à découvrir jusqu'au 30 mars), la table-ronde sera précédée d'un concert donné par le chœur À Voix haute.

"On a commencé à monter ce projet pendant la crise COVID et le confinement, en organisant des réunions à distance avec toutes les associations partenaires", explique Julie Boudsocq, , musicienne et intervenante à l'Opéra, qui co-dirige le chœur avec David Jackson (chef de chœur à l'Opéra de Tours depuis janvier 2022).

Le café la Barque, la Croix Rouge Unité Locale de Tours/ Samu Social, Entraide et Solidarités, le CCAS de Tours et Cultures du cœur Indre-et-Loire, toutes ces structures locales ont accepté de relever le défi en trouvant des personnes intéressées pour intégrer cet ensemble, pour se mettre au chant. Sans oublier le pôle solidarité diocésain qui a proposé l'Eglise Saint-Julien pour les répétitions d'À Voix haute, deux vendredis par mois.

La musique source de joie et langage universel

Des sans-abri, mais aussi des femmes battues, des personnes en situation de handicap ou des migrants, toutes et tous sont assurés de trouver ici un peu de chaleur, de réconfort et...de bonne humeur !

"Au début j'appréhendais un petit peu, raconte Julie Boudsocq, je ne savais pas trop comment cela allait se passer. On regroupe ici des personnes en situations difficiles, mais de façons bien différentes, de cultures différentes, aussi."

En fait, tout le monde s'entend extrêmement bien. La musique est un langage universel, j'en suis convaincu depuis longtemps, mais ici c'est une évidence, ça se confirme dans la pratique. On est beaucoup dans l'humain, la confiance s'est installée.

Julie Boudsocq, co-directrice du chœur À Voix haute

Effectivement, sur la répétition à laquelle nous assistons ce vendredi après-midi, les visages sont détendus, éclairés de larges sourires. Le plaisir de se retrouver pour chanter est clairement affiché :

"Il y a de la bienveillance ici, et beaucoup d'amour, raconte Yolande, choriste d'À Voix haute. Je me suis intégrée tout de suite et je suis vraiment contente !"

Yolande vit de petits boulots, essentiellement dans l'accompagnement de personnes âgées, et fait aussi du bénévolat, pour la Table de Jeanne-Marie.

"Ce n'est pas toujours facile, mais il faut se battre pour s'en sortir. Une assistante sociale de la Croix-Rouge m'a parlé de ce groupe et ma fille, qui sait que j'aime chanter, m'a encouragée à essayer. Depuis, je n'ai pas lâché et je viens à toutes les répétitions. J’aime beaucoup cette ambiance, je découvre d'autres cultures."

Le besoin d'être ensemble et de s'évader

D'origine albanaise, mariée et mère d'un enfant de 2 ans, Edjola, elle, est hébergée en hôtel par le 115, dans l'attente d'un titre de séjour. Une démarche qu'il faut renouveler chaque mardi, dans l'angoisse d'une réponse négative :

"Mon assistante sociale m'a proposé de venir ici en septembre 2022, car elle savait que j'ai une passion pour le chant. La vie de tous les jours n'est pas très facile et je me plais beaucoup ici. Nous avons tous besoin de nous sociabiliser, nous avons besoin d'humanité, de solidarité. Je suis très heureuse d'être ici avec toutes ces belles personnes."

"On sent que c'est essentiel pour eux, confirme Julie, la cheffe de chœur, et ça l'est d'ailleurs devenu pour nous aussi. Tous ont besoin, comme tout un chacun, de partager ces moments en commun, besoin d'être ensemble, de s'évader, de penser à autre chose. Et nous sommes tous ici sur un pied d'égalité, on ne sait pas qui est qui, des bénévoles sont mélangés parmi les choristes. Nous sommes là pour chanter et être ensemble. Et pour rire aussi, il faut bien avouer qu'on rigole beaucoup, ils sont à fond dans tout ce qu'on leur propose!"

Et le répertoire ne manque pas de variété : chants traditionnels en langues étrangères, musique pop (Bjork, par exemple !), canons, percussions corporelles ou boomwhackers (tubes en plastiques colorés de différentes notes)...avec À Voix haute, tout est permis !

Le petit groupe (20 à 30 personnes en moyenne, en très grande majorité des femmes lors de la dernière répétition) se produit aussi à l'occasion en public, à la Guinguette de Tours, par exemple, ou lors du repas partagé de la Sant-Martin à l'église Saint-Julien. Mais on peut aussi commencer par aller encourager ces formidables choristes mercredi 24 mars à 19H00, à la bibliothèque centrale !