CHRU de Tours : un casque de "réalité mixte" utilisé pour implanter une prothèse de l'épaule

Apparue dans les années 1970, la technologie de la réalité virtuelle est de plus en plus exploitée pour les possibilités qu'elle offre au monde médical. 

PHOTO D'ILLUSTRATION - A Montpellier, un chirurgien opère le dos d'une patiente à l'aide de lunettes 3D
PHOTO D'ILLUSTRATION - A Montpellier, un chirurgien opère le dos d'une patiente à l'aide de lunettes 3D © IP3 PRESS/MAXPPP
Prenez 30 secondes pour imaginer. Vous êtes au bloc opératoire, allongé sur la table. Votre chirurgien entre. Il porte, sur le visage, une version très allégée du casque des Daft Punk. Ceci n'est pas un scénario catastrophe, c'est même une très bonne nouvelle pour vous. Ce casque de "réalité mixte" a été utilisé avec succès par les équipes du CHRU de Tours pour l'implantation d'une prothèse d'épaule, le 16 juillet.

Des données sous les yeux


C'est l'application finale d'une technologie déjà utilisée par les soignants : le plan pré-opératoire. Avant l'opération, le chirurgien s'exerce sur ordinateur, avec une épaule reconstituée en 3D. L'enjeu, c'est le placement de la prothèse, qui doit être le plus précis possible pour ne pas gêner le patient et assurer la longévité du dispositif médical. 

Avec les lunettes Hololens, et la technologie BlueprintTM Mixed Reality de la société américaine Wright, le chirurgien peut voir apparaître, sous ses yeux, la modélisation 3D de l'épaule pendant qu'il opère. "En utilisant des gestes de la main et des commandes vocales, le chirurgien affiche, fait pivoter et analyse la représentation holographique de l’articulation, juste en face du champ chirurgical. La comparaison en direct de l’épaule holographique en 3D et de l’épaule opérée guide le chirurgien dans le positionnement de la prothèse" explique le CHRU de Tours. 

La toute première opération de l'épaule avec utilisation de la réalité augmentée avait été menée à Bobigny, en 2017. Le casque avait permis au chirurgien de "voir à travers la peau le squelette, la position des muscles ou des organes, mais aussi le trajet des nerfs et des vaisseaux sanguins."  Mais ces informations avaient été plus utiles en amont de l'opération que pendant. En appliquant cette technologie en temps réel pendant l'opération, Tours a réalisé une première européenne. "Il ne s'agissait pas uniquement d'un affichage générique mais d'un affichage personnalisé, adapté au cas précis opéré, utile et utilisable pour le chirurgien" explique le Pr Berhouet. 
 


A Tours, 8 ans de recherches 


Cette utilisation de la réalité mixte pour l'implantation d'un prothèse de l'épaule, une opération qui concerne chaque année 18 000 patients en France, est un produit local. Cela fait 8 ans, selon le CHRU, que le Pr Julien Berhouet travaille sur cette application. La chirurgie de l'épaule est aussi une des spécialités reconnue de l'ensemble hospitalier, notamment grâce à l'expertise du professeur Luc Favard. Ces spécialistes se sont associés au "Laboratoire d’Informatique Fondamentale et Appliquée de Tours (LIFAT) et de l’Ecole Polytechnique Universitaire de Tours (Polytech’Tours)."

Cette étape a été suivie d'une thèse et d'une phase de développement avec une start-up brestoise. Le Pr Berhouet a également participé à la mise au point de la technologie BlueprintTM Mixed Reality, au sein d'un groupement de chirurgiens français, américains, australiens et canadiens.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société technologies économie innovation