Covid-19 : dépistages en hausse et laboratoires sous pression à Tours

Publié le Mis à jour le
Écrit par Dominique Pouget
Prélèvement nasopharyngé au centre de dépistage Covid du Palais des sports à Tours
Prélèvement nasopharyngé au centre de dépistage Covid du Palais des sports à Tours © Ville de Tours-V. Liorit

Pour sa première semaine de réouverture, du 7 au 12 décembre, le centre de dépistage du Centre Municipal des Sports à Tours, a enregistré environ 1200 tests. La municipalité a décidé d’ouvrir aussi le dimanche pour répondre à la demande croissante des tourangeaux qui peinent à trouver des rendez-vous dans les laboratoires.

Le centre de dépistage du palais des Sports reçoit sans rendez-vous. Il est géré par le laboratoire Cerballiance Centre-Val de Loire, qui possède 12 sites sur l’agglomération tourangelle, 1 à Blois et un autre à Châteauroux. Entre 2200 et 2400 tests par jour sont réalisés sur l’ensemble des sites tourangeaux.

Alain Dayan, biologiste et directeur du laboratoire Cerballiance à Tours Nord, ne voit pas pour l’instant les contaminations baisser comme le soulignait Olivier Véran dans le journal Le Parisien "on a vraisemblablement atteint le pic de la 5ème vague". Le taux d'incidence en Indre et Loire est de 337, le seuil d'alerte étant à 50. "Ce premier dimanche d’ouverture, le 12 décembre, entre 9h et 14h, nous avons fait 170 tests dont 20 positifs, ça fait plus de 10% donc je ne vois pas la fin. Au laboratoire du Beffroi, à Tours Nord, on a entre 80 et 100 tests par jour. Sur les lieux de dépistage, on a embauché entre 10 et 15 personnes supplémentaires. Des étudiants en médecine, pour les tests au Centre du Palais des Sports et des techniciens de laboratoire pour une plateforme technique à Joué-lès-Tours, qui assure les analyses 7 jours sur 7 pendant le mois de décembre".

Quel est le vécu des équipes du laboratoire du Beffroi à Tours Nord?

L’équipe compte deux secrétaires, Caroline Daudon fait partie des 4 techniciennes de laboratoire. Leur quotidien, beaucoup de stress et d’épuisement. "On se sent assez stressées, assez surchargées. On a vraiment une pression sur nous. On prend sur soi, on essaie d’accueillir tous les patients, avec ou sans rendez-vous. On ne refuse personne s’ils sont dans la plage horaire dédiée aux tests Covid, quand l’étudiant en médecine est là pour nous aider. Mais c’est vrai qu’on a des demandes tout au long de la journée. C’est une charge mentale assez lourde. Notre but c’est de satisfaire les patients, de faire leur test".

Le résultat est envoyé par sms ou par mail pour qu’ils l’aient le plus vite possible et n’aient pas à se déplacer. 

Les tests de dépistage, un outil stratégique pour lutter contre la pandémie

C’est le dépistage massif dans les écoles depuis le 29 novembre 2021, qui a changé la donne. Dès qu’un cas de Covid 19 est confirmé dans une classe, tous les élèves doivent être dépistés et ne peuvent revenir qu’avec un test négatif. Un casse-tête pour les parents et les biologistes car ce n’est pas évident d’effectuer des tests sur de jeunes enfants même si ce sont des tests salivaires, beaucoup moins désagréables que les tests PCR dans le nez.

Caroline Daudon effectue des tests Covid et travaille aussi sur la plateforme PCR de Joué-lès-Tours qui les analyse et transmet les résultats. Elle a vécu les différentes vagues de Covid. Au début, les tests n’étaient pas aussi systématiques, mais le travail augmentait à chaque vague. Cette fois, c’est différent, "on ressent vraiment une charge de travail supplémentaire avec cette cinquième vague. On n’a jamais vu autant de monde pour les écoles. Des classes fermées, beaucoup de cas contacts. Dès qu’il y a un élève positif à la Covid-19 dans une classe, on reçoit beaucoup d’enfants au laboratoire pour faire un test salivaire, donc ça demande beaucoup de travail".

Des tests qui peuvent être aussi réalisés en pharmacie ou dans la famille. Des familles, souvent inquiètes, à qui il faut expliquer qu’il y a des protocoles à respecter, pour effectuer les tests dans les meilleures conditions. Un gage de fiabilité.

Caroline Daudon ajoute qu’il ne faut ni manger, ni boire ou fumer (pour les adultes) pendant au moins une demi-heure avant de faire un test salivaire. S’il y a des morceaux de nourriture, les enzymes agissent et faussent le test.

"Les tests salivaires, ce ne sont pas des crachats, c’est bien de la salive et ce n’est pas forcément facile pour les tout jeunes enfants, de saliver, en quantité suffisante. Quelquefois on dit aux parents, puisqu’il n’y arrive pas, on va faire un test dans le nez. Certains parents sont contre catégoriquement, d’autres sont pour mais c’est  l’enfant qui ne se laisse pas forcément faire car c’est stressant pour lui". 

Conséquence, un test qui dure un peu plus longtemps, qui génère un peu de retard et du mécontentement. "Les patients sont de moins en moins patients, ils ne sont pas contents d’attendre, de ne pas avoir un rendez-vous tout de suite alors que tout est complet, du délai des résultats qu’ils voudraient en une heure, ce qui n’est pas possible. Ils ne sont pas très compréhensifs sur nos conditions de travail" nous confie Caroline Daudon.

"Pourtant, depuis les premières vagues, les horaires de la plateforme PCR ont été adaptés pour pouvoir donner un maximum de résultats et les techniques de criblage, de détection des mutations des virus se sont améliorées avec un résultat obtenu plus rapidement. On fait vraiment le maximum pour satisfaire les patients par rapport aux contraintes imposées aussi bien par l’état, pour un voyage ou une opération où il y a un délai de 48 h ou 72 h. On fait vraiment  notre maximum pour répondre à ces contraintes. On est parfois aussi bloqué avec les week-ends. Les gens qui prennent l’avion le lundi matin ou le mardi matin et qui ont besoin d’un test de moins de 48h, vu qu’il y a le dimanche, c’est un peu problématique aussi. On essaye de s’adapter au mieux et on leur propose un centre de dépistage ou un laboratoire qui prélève le matin".

Concernant les demandes de tests PCR de 24h, il y en a peu car c’est pour les gens non vaccinés et il y en a de moins en moins mais c’est très compliqué car la technique peut prendre 24 h, si il y a un problème technique,  parfois ça peut augmenter le délai, même si la plupart du temps, le résultat du test est rendu le soir même. Les personnes sont très stressées car elles ont peur de ne pas avoir leur test à temps.  

Les plages horaires pour les tests Covid ont lieu l’après-midi de 13H30 à 16h en plus de l’activité habituelle du laboratoire, qui  le matin, accueille les malades du cancer ou des diabétiques qui n’avaient pas pu bénéficier de leur suivi médical habituel lors de la 1ère vague. Le laboratoire comptait depuis cet été, une vingtaine de dépistages Covid quotidiens, nécessaires pour des opérations ou des voyages en avion. Des tests qui ont quadruplé en 2 semaines avec l’arrivée massive de cas contacts et de personnes symptomatiques.

Alain Dayan, directeur du laboratoire, précise que depuis lundi ce sont entre 80 et 100 tests quotidiens qui sont réalisés. Une montée rapide liée à la reprise importante de l’épidémie.    

Quels sont les tests Covid les plus fiables ?

Ne parlez pas des tests salivaires à Alain Dayan. Le biologiste ne mâche pas ses mots : « Les tests salivaires ne sont pas fiables, ça fait des mois que je le dis. Quand il y a des incidences de 8%, avec les tests salivaires on tombe à 0,5%. Bien sûr, on en trouve des positifs quand la charge virale est très importante mais on passe à côté de beaucoup d’autres." Les tests en pharmacie se sont améliorés. Les gens qui ont des autotests et des tests antigéniques positifs doivent quand même les confirmer avec un test PCR.

Aujourd’hui Alain Dayan confirme qu’il y a beaucoup d’enfants dans les files d’attente et qu’il a toujours pensé que c’était une erreur de ne pas avoir testé les enfants plus tôt. Il fallait les considérer comme un vecteur de diffusion du virus, au même titre que les adultes et que  plus le virus est diffusé plus il risque de muter. "On est très attentif au niveau variant Omicron mais pour l’instant on a majoritairement du variant Delta dans les prélèvements." 

Il faut rappeler que les tests sont payants, pour les personnes non vaccinées et celles qui n’ont pas d’ordonnance médicale. Les tests antigéniques coûtent 22€ et les tests PCR 44€.

Le centre de dépistage du Palais des Sports de Tours, est ouvert  du lundi au vendredi de 9h à 13h et de 13h30 à 16h Le samedi et dimanche de 9h à 14h.

Les lieux de dépistage Covid-19 en Indre-et Loire et dans les autres départements de la région Centre-Val de Loire, sont à retrouver sur le site Santé.fr.. Pour suivre l’évolution de l’épidémie sur la région, rendez-vous ici.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.