Les terres de cette commune d'Indre-et-Loire polluées aux métaux lourds et à l'hydrocarbure

Publié le Mis à jour le

Cela fait 10 jours qu’il est interdit de consommer les légumes de son jardin ou de boire l’eau de son puits à Bléré en Touraine. Des analyses autour d’une ancienne fonderie ont permis de détecter des seuils de pollution aux métaux lourds et aux hydrocarbures supérieurs à la normale.

Sous un beau soleil de printemps, François est à l’ouvrage. Il vient de labourer un carré de son potager pour y faire pousser le fruit de ses futurs repas hivernaux : "Je plante des butternuts pour faire de bonnes soupes cet hiver enfin.. si c’est possible", explique-t-il. François a choisi de poursuivre ses petites cultures pourtant il le sait, son jardin se trouve à moins de 500 mètres de l’ancienne fonderie Autocast, un ancien site industriel fermé depuis 2009 après plus de 80 ans d’activité.

Niché au cœur de la ville et à quelques mètres du Cher, le site de 2,6 hectares a été racheté par la municipalité pour être transformé en lieu culturel, sportif, artistique et économique. Et c’est au cours d’analyses en vue du début des travaux que les sols autour de la fonderie ont révélé des taux de pollution aux métaux lourds et aux hydrocarbures au-dessus de la normale. En outre, les analyses ont révélé la présence trop importante de zinc, de cuivre et de plomb sur un chemin à l’arrière de la friche industrielle.

"On est sur le principe de précaution avec des valeurs qui sont légèrement supérieures à ce qui est toléré"

La préfecture d’Indre-et-Loire a donc décidé le 26 avril dernier de publier un arrêté interdisant la consommation d’aliments et d’eau issue des sols dans un périmètre de 500 mètres autour de l’ancienne usine. "On est vraiment pour l’instant dans l’interrogation", explique Fabien Nebel, le maire de Bléré. "On est sur le principe de précaution avec des valeurs qui sont légèrement supérieures à ce qui est toléré et donc, c’est normal que l’on avertisse les habitants." L’arrêté est en vigueur jusqu’au 15 juin et d’ici là, des analyses complémentaires vont être réalisées dans différents périmètres afin "de lever les doutes", d’affiner les résultats et peut-être permettre à certains riverains de consommer à nouveau leurs cultures.

"Si c’est dangereux, cela fait des décennies que les gens consomment les légumes aux alentours"

Dans le voisinage, les riverains se sont de tout temps interrogé sur les répercussions de l’activité de cette fonderie. "Si c’est dangereux, cela fait des décennies que les gens consomment les légumes aux alentours," déplore François, le jardinier amateur. Mais pour le maire, cette pollution à l’intérieur mais aussi à l’extérieur du site est bien une donnée nouvelle. "Tout le monde savait que quand c’était en activité il avait des odeurs assez fortes qui étaient assez dérangeantes, mais on ne savait pas qu’il y avait potentiellement des mesures aussi importantes d’hydrocarbures volatiles a l’extérieur ou la présence de plomb qui peuvent être dangereux pour la santé. Donc c’est un fait nouveau, identifié et mesuré qui est différent par rapport à une activité générale qui avait effectivement des nuisances", explique-t-il.

Une réunion publique d’information sur les risques de pollution est organisée le 12 mai à Bléré par la préfecture et l’Agence Régionale de Santé afin d’apporter des réponses aux inquiétudes des habitants.