Entrée en vigueur de la carte scolaire dans les écoles de Tours-Centre dès la rentrée de septembre

Publié le Mis à jour le

Les inscriptions dans les écoles de Tours commencent ce lundi 28 mars avec une nouveauté. La mise en place de la carte scolaire sur 3 ans. Dès septembre 2022 dans les écoles de Tours-Centre, entre la Loire et le Cher, en 2023 au sud du Cher et en 2024 dans les écoles de Tours-Nord

Pourquoi, une mise en place de la carte scolaire ?

Pour Franck Gagnaire, adjoint à l’Education à la ville de Tours, l’objectif est double : d’abord un objectif de proximité et de transparence "en maternelle et en élémentaire, il y a des enfants qui vont à l’école à pied ou qui sont emmenés par leurs parents. Au niveau géographique, on a réparti les secteurs".

La sectorisation permettra d’avoir une place assurée dans l’école de son quartier et qu’on sache de manière transparente quelle est son école de rattachement.

Franck Gagnaire, adjoint à l'Education -Ville de Tours

Sur le site de la ville, un outil de géolocalisation permet, en mettant son adresse, de trouver son école de rattachement. Le second objectif est la mixité, l’égalité des chances « Sur les bordures de secteur, pour les rues qui sont à mi-chemin entre 2 écoles, on a eu un regard pour renforcer la mixité sociale et scolaire dans les écoles. Toutes les études montrent que la mixité ne fait pas baisser le niveau des meilleurs, en revanche ça fait monter le niveau des élèves les plus en difficulté.»

A qui s’adresse cette sectorisation ?

Pour cette rentrée de septembre 2022 la sectorisation s’adresse aux enfants inscrits pour la première fois à l’école maternelle ou primaire. On ne demande pas aux enfants déjà scolarisés de changer d’école, et les familles qui ont déjà des enfants dans une école pourront y inscrire les frères et sœurs qui arrivent.

Il existe aussi des formulaires de dérogation en ligne, pour s’inscrire hors secteur, qui seront examinées par une commission.

Un changement attendu 

Tours était une des rares villes, voire la dernière, de plus de 100 000 habitants à ne pas avoir de carte scolaire. Un fonctionnement sans sectorisation depuis de nombreuses années, avec des difficultés grandissantes pour les familles et les directeurs et directrices, qui selon les écoles, ne pouvaient pas répondre aux demandes des parents. Sans obligation de s’inscrire à son école de secteur  les parents pouvaient choisir d’inscrire leurs enfants en maternelle ou en primaire dans l’école de leur quartier ou près de leur lieu de travail ou dans une école plus "réputée".

"Concrètement, la difficulté c’était  d’inscrire son enfant dans une école, puisqu’en théorie il n’y avait pas de sectorisation on pouvait aller dans l’école qu’on choisissait sauf que dans les faits il y avait une sectorisation officieuse. Il y avait un peu des phénomènes, premier arrivé premier servi, et des familles qui n’arrivaient pas à obtenir une place dans leur école de quartier et qui se faisaient renvoyer d’école en école pour trouver une place, ce qui est assez anxiogène."

Un phénomène très concret qui s’ajoutait à des images plus ou moins positives d’écoles, donc des classes surchargées à certains endroits et d’autres qui auraient pu accueillir plus d’élèves mais avec des phénomènes d’évitement qui renforcent le manque de mixité.

Franck Gagnaire ajoute "ce n’est  pas un secret, certaines écoles ont une meilleure image que d’autres, les écoles les mieux réputées sont celles du "centre-ville" et celles qui ont des images plus contrastées sont celles  des quartiers prioritaires. L’association des parents d’élèves de Maryse Bastié demandait la sectorisation depuis plusieurs années."

Cette école va d’ailleurs être agrandie pour devenir l’école de secteur du quartier Maryse Bastié mais aussi du nouveau quartier des Casernes à venir.  

Ce sont des groupes de travail avec la ville, les directeurs et directrices d’écoles et les parents d’élèves, élus aux conseils d’écoles qui ont permis de définir cette sectorisation progressive en 3 étapes.

Une organisation adaptée aux besoins de chacun avec plus de transparence.

En 2023 ce seront les écoles de Tours Sud qui seront concernées par la carte scolaire sauf l’école du quartier des 2 Lions. Construite en 2018, elle est déjà sectorisée.  Septembre 2024, ce sera la dernière étape de la carte scolaire. L'agrandissement de l’école maternelle Jean-de la Fontaine et les travaux du groupe scolaire Camus- Mauroy seront terminés pour accueillir sur ce secteur de Tours Nord une population scolaire en hausse.

Pour la rentrée de septembre 2022, ce sont 31 écoles sur les 58 écoles publiques que compte la ville, qui sont concernées par cette carte scolaire.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité