La région Centre-Val de Loire va verser 43 millions d'euros à la Métropole de Tours pour l’aider à financer ses projets

Un nouveau Contrat régional de solidarité territorial va être prochainement signé entre la Région Centre-Val de Loire et Tours Métropole. Avec, à la clé, une enveloppe substantielle pour participer au financement de lourds investissements comme la deuxième ligne de tramway.

Tours et son tramway, place de la mairie
Tours et son tramway, place de la mairie © Noémie Furling

Le principe de ces contrats est simple : accompagner les territoires de la région sur des projets précis, pour lesquels les deux collectivités s’accordent. Celui-ci couvrira la période 2021 à 2027, avec un montant proche des 43 millions d’euros – une somme identique à celle débloquée pour le contrat précédent. Avec, cette fois-ci, un accent porté sur la 2e ligne de tramway. Ce projet aspirera à lui seul 20 millions d’euros, soit près de la moitié de l’enveloppe totale. Une somme importante qui constitue 20% du montant des subventions espérées par la métropole tourangelle pour sa construction, le reste de l’investissement étant couvert par un emprunt.

D’autres projets structurants seront également aidés, comme l’ambitieux programme de rénovation urbaine (12 millions d’euros) ou encore le développement du réseau cyclable (2,5 millions d’euros).

Une aide sera également apportée à la Culture. Plus de 3 millions d’euros seront ainsi débloqués pour la construction des nouveaux locaux devant abriter le Centre chorégraphique national et 1,2 millions pour la Cité de la gastronomie.

« Ce contrat coche toutes les cases »

Pour François Bonneau, le président du conseil régional, "ce projet de contrat est indispensable ; la période est assez bousculée et il faut tout faire pour que l’action publique soit un élément de la reprise. C’est une urgence", a-t-il expliqué ce matin lors de la présentation du contrat à la presse.

Le maire de Tours, Emmanuel Denis, ne voit dans ce plan que des avantages : "parce qu’il coche toutes les cases par rapport aux défis de demain, que ce soit concernant la transition énergétique, alimentaire ou des mobilités". Des propos auxquels souscrit Wilfried Schwartz, le président de Tours Métropole. Selon lui, "ce contrat devrait offrir à la métropole une plus grande attractivité".

10,9 millions d’euros pour les autres communes

Le contrat unissant la métropole et la région devrait être signé au cours de la deuxième quinzaine de mai, soit quelques jours avant le deuxième tour des élections régionales. Sa mise en œuvre pourrait alors intervenir quelques semaines plus tard.

De son côté, Tours Métropole s’est engagée à verser durant cette même période 10,9 millions d’euros pour les projets de ses communes, hors ville de Tours. Un moyen de mieux répartir les moyens financiers en participant au développement de l’ensemble des communes composant la métropole, y compris les plus petites d’entre elles.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique économie transports