• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Tours : les Assises du journalisme, 12e édition, s'interrogent sur #LesMédias

© DR
© DR

Du 13 au 15 mars, auront lieu les 12e Assises du journalisme à Tours en Indre-et-Loire. L'événement fait un état des lieux du journalisme. Le thème 2019 :  #LesMédias Tous les mêmes ?

Par Elsa Cadier

Les Assises du journalisme à Tours, 12e édition du 13 au 15 mars


Pendant trois jours, du 13 au 15 mars, Tours en Indre-et-Loire, devient pour la 12e fois, la capitale du journalisme avec pour thème 2019 : #LesMédias Tous les mêmes ? Á travers des ateliers, des projections, des débats et des tables rondes, les Assises du journalisme s'interrogent sur l'avenir du journalisme à l’heure où la défiance faite aux médias est une réalité, à l'heure où les critiques envers la presse ne cessent de grandir et où l’impartialité des professionnels est fortement mise en doute, à l'heure où de nombreuses informations, fake news ou non, circulent sur les réseaux sociaux. C'est un constat qui fait débat : la presse peine à trouver sa place, notamment dans le monde du numérique. 

►www.journalisme.com

 



Les résultats du baromètre "Assises 2019"

Viavoice pour les Assises du journalisme de Tours, en partenariat avec France Télévisions, France Médias Monde, Le Journal du Dimanche et Radio France a réitéré son baromètre sur la perception des médias, lancé pour la première fois en 2018. Il en ressort pour 2019 que le journalisme demeure "utile" pour 91 % des Français (soit pour plus de 9 Français sur 10), contre 92% un an plus tôt. Ils estiment à 82% qu'il est "indispensable dans une société démocratique" et 85% pensent qu'il existera toujours en dépit des vives critiques émises ces derniers mois contre la profession, notamment chez les "gilets jaunes". Mais une très large majorité juge les médias sensationnalistes et biaisés.

•Cette étude a été réalisée du 11 au 18 février auprès d'un échantillon de 1.005 personnes représentatif de la population française adulte, constitué selon la méthode des quotas.


Les Prix des Assises Internationales du Journalisme

Ces prix récompensent les journalistes qui ont le mieux incarné ou interrogé le journalisme et sa pratique lors de l’année écoulée. Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, grands reporters au journal Le Monde, seront les présidentes du jury pour cette nouvelle édition.

•Le grand prix du journalisme distingue la/le journaliste, la rédaction, l’action éditoriale ou le collectif qui ont le mieux incarné la pratique du journalisme et ses valeurs lors de l’année écoulée.
Les trois nommés 2019 :
Philippe Lançon pour l’ensemble de son oeuvre, Le Collectif Prenons la une, pour son action en faveur de la parité, la lutte contre le harcèlement et la place des femmes dans les médias, David Dufresne, pour son travail d’investigation sur les violences policières lors des manifestations de gilets jaunes.

•Le prix du livre du journalisme : 
Les cinq nommés 2019 : Daniel Schneidermann pour Berlin 1933, éditions du Seuil, Frédéric Pommier pour Suzanne, éditions Équateurs, Fabrice Arfi pour D’argent et de sang, éditions du Seuil, Nathalie Guibert pour Qui c’est le chef ?, éditions Robert Laffont, David Dufresne pour On ne vit qu’une heure, éditions du Seuil.

•Le prix recherche récompense le meilleur livre de recherche sur le journalisme et sa pratique.
Les quatre nommés 2019 : Ivan Chupin pour Ecoles du journalisme, Les enjeux de la scolarisation d’une profession, 1889-2018, éditions PUR, Valérie Jeanne-Perrier pour Les journalistes face aux réseaux sociaux ? Une nouvelle relation entre médias et politiques, éditions MKF, Christian Delporte pour 100 ans de journalisme : une histoire du Syndicat national des journalistes (1918-2018), éditions Nouveau Monde, Denis Ruellan pour Reportères de guerre, Goûts et coûts, Presse des Mines.

•Le prix enquête et reportage distingue la meilleure enquête ou le meilleur reportage sur le journalisme et sa pratique.
Les quatre nommés 2019 : Charlotte Chaffanjon pour « Emmanuel Macron et la presse, histoire d’un mépris« , Vanity Fair, Jérôme Lefilliâtre pour « Autocritique des médias – L’examen de confiance« , Libération, Marine Turchi pour « Comment les médias français couvrent #MeToo« , Médiapart, Luc Desbenoit pour « Photographes de guerre : toutes ces images qui les hantent », Télérama. 

►www.journalisme.com
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

80 Km/h : réaction des associations de sécurité routière à la concertation lancée par le Département d'Indre-et-Loire

Les + Lus