Le musée Saint- Roch d’Issoudun inaugure ses expositions d’automne sous le signe du "dessin élargi"

Le musée Saint-Roch d’Issoudun, fidèle à sa programmation, propose du 15 octobre au 30 décembre, l’exposition des œuvres de Bernard Moninot, intitulée "Le dessin élargi" à l’occasion de la publication de la monographie qui lui est dédiée.

Bernard Moninot est né en 1949 à Le Faye (Saône-et-Loire) dans une famille d’artistes. Il vit et travaille à Paris et dans le Jura. Il a enseigné à l’école des Beaux-Arts de Nantes, puis à l’école nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris.

L’exposition qui lui est consacrée est composée de sept installations majeures datant des quinze dernières années, placées dans la grande nef du musée, ainsi que d’un ensemble d’une quarantaine de dessins révélant le processus d’élaboration créative de l’artiste dans le temps.

L’art est la recherche de solutions imaginaires pour tenter de donner forme à l’impossible.

Bernard Moninot

 

Pour Bernard Moninot, l’art n’est pas uniquement fondé sur la savoir ou l’expérience, n’est pas le reflet du monde intérieur de l’artiste, mais naît plutôt d’une collaboration entre lui et la nature.

"Son travail d’atelier s’apparente à celui d’un laboratoire, où il mène, parfois pendant des années, des observations et des recherches qui le conduisent à s’intéresser à la capacité des phénomènes naturels qu’il considère comme les véritables acteurs de son œuvre", est-il écrit dans le dossier de présentation de l’exposition.

Depuis les années 80, son œuvre se développe à partir d’une technique expérimentale du dessin explorant cette pensée.

"Depuis 2005, il réalise des installations de plus en plus complexes, où il intègre les trois notions que sont le hasard, l’intuition, et l’inconscient dans une recherche toujours plus autobiographique".

Ce sont ces installations, datant toutes des quinze dernières années, qui sont exposées à Issoudun. Elles sont donc tout naturellement accompagnées des fameux dessins préparatoires.

Pour la plupart, ces œuvres ont été très peu exposées en France.

Catherine Millet, critique d’art, commissaire d’exposition et femme de lettres écrit à son sujet :

"Bernard Maninot a d’abord été un dessinateur d’une merveilleuse habileté… Puis, il y a un peu plus de quinze ans, le dessinateur voulut déployer son art dans les trois dimensions sans pour autant réaliser des sculptures ni à proprement parler des installations, mais en pratiquant ce que (l’écrivain NDLR) Jean-Christophe Bailly a nommé un "dessin élargi", c’est-à-dire un dessin pour lequel la plume et le crayon ont été remplacés par des fils de coton, d’acier ou d’argent, des câbles, des cordes à piano, des baguettes de bois, des formes découpées dans des plaques d’acier ou de verre, façonnées avec du plâtre ou tout autre matériau que l’artiste jugera bon d’utiliser. Ce "dessin" souvent à l’échelle humaine sera dédoublé, voir décuplé, grâce à un éclairage savant".

Les installations se trouvent dans la grande nef du musée. Bernard Noël est exposé dans le cabinet d’arts graphiques. L’artiste est décédé le 13 avril 2021. Une exposition hommage lui est rendue.

Une suite de 57 dessins, sur le thème de l’arbre. Réalisé chaque jour du confinement, ils furent l’objet d’un dialogue quotidien entre Bernard Noël et Bernard Moninot, un échange par correspondance de dessins et de textes publiés dans un ouvrage intitulé "un toucher aérien"

Enfin deux nouvelles sculptures ont été installées dans le parc du musée à découvrir en fin de visite.

Renseignements pratiques :  

Horaires d’ouverture : Ouvert du mercredi au dimanche, de 10h à 12h et de 14h à18h Fermé lundi et mardi, 1er et 11 novembre, du 24 au 26 décembre et du 31 décembre au 31 janvier.

Entrée gratuite.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture expositions événements sorties et loisirs