Malaise chez les ouvriers forestiers de l'ONF


Une soixantaine d’ouvriers forestiers ont investi lundi matin la direction territoriale Centre Ouest Limousin de l’Office national des forêts de Boigny sur Bionne. Ils réclament la revalorisation des salaires, une prise en compte de la pénibilité de leur métier dont la charge s’est considérablement accentuée avec le non-remplacement des personnels partant à la retraite.

"Avant, on était une vingtaine à travailler sur le secteur de Tronçay. Aujourd’hui, nous sommes seulement deux ou trois en permanence. La charge de travail est plus importante. Il y a 27 ans que je travaille à l’ONF et je gagne (sans les primes) 1350 euros net/mois" déplore Miloud Hajfani.

Autre point d’achoppement : la cessation anticipée d’activité à 55 ans dont les ouvriers  forestiers ont pu bénéficier jusqu'en 2011 et qui s’est transformée en cessation progressive d’activité moins avantageuse avec une retraite qui désormais passe à 62 ans.

Pour réduire cette pénibilité, la direction territoriale de l’ONF de Boigny-sur Bionne dit s’être engagée dans l’acquisition pour les ouvriers d’engins électriques moins traumatisants, de véhicules tout terrain pour faciliter le transport de matériel sur les parcelles forestières ou encore d’abris mobiles. « Nous allons aussi proposer un parcours professionnel favorisant la diversité des activités tout au long de la carrière  » souligne son directeur Dominique Bouthier.

Les revendications des ouvriers-forestiers reflètent le malaise général ressenti depuis plusieurs années au sein de l’établissement public. 24 suicides parmi les agents ont été recensés à l’Office national des forêts depuis 2005. Après le dernier en date survenu dans l’Allier en juillet 2011, le gouvernement avait demandé de « porter la plus grande attention» à la situation sociale des 9.500 agents de l’ONF, en soulignant «leurs conditions de travail particulières», souvent dans la «solitude».

 
 
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité