• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Dans les coulisses du centre de commande de la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux

Alexandre Rougeron est opérateur à la centrale de Saint-Laurent : il est chargé de surveiller tout le circuit depuis le centre de commande / © Marine Rondonnier-F3CVDL
Alexandre Rougeron est opérateur à la centrale de Saint-Laurent : il est chargé de surveiller tout le circuit depuis le centre de commande / © Marine Rondonnier-F3CVDL

La centrale nucléaire de Saint-Laurent-des Eaux (41) emploie 780 permanents et 250 intervenants extérieurs. Elle fournit l'électricité pour les 2/3 de la population de la région Centre. Reportage avec les hommes du centre de commande qui travaillent en 3/8, sept jours d'affilée.   

Par France 3 Centre-Val de Loire

 A l'heure du briefing et du changement d'équipe du petit matin, les hommes sont sereins et concentrés dans le centre de commande de la centrale. Alexandre Rougeron est opérateur depuis quelques mois. Il écoute Sylvain Ilharragorry lui faire le compte rendu de la nuit et des jours précédents.

On travaille en 3/8. Deux jours le matin, deux jours l'après-midi, deux jours de nuit. 7 jours d'affilée, explique Alexandre. Ce sont des journées presque continues parce qu'on ne peut pas s'absenter longtemps du poste de commande. 
 

Les chefs d'exploitation organisent trois briefings par jour dans le centre de commande / © Marine Rondonnier-F3CVDL
Les chefs d'exploitation organisent trois briefings par jour dans le centre de commande / © Marine Rondonnier-F3CVDL

Le chef d'exploitation : un poste de clé pour la sécurité 

Le chef d'exploitation est l'homme qui anime les briefings. Un pour chaque quart. Il veille à ce que toutes les normes soient respectées. Il a la responsabilité d'une vingtaine d'hommes. " Sur le site, c'est moi qui suis garant que la centrale fonctionne bien et qu'il n' y a aucune incidence vis à vis de l'environnement et des populations. Donc c'est vraiment un poste clé sur l'installation."
Cette lourde responsabilité est ce qu'apprécie Aurélien Hamon, chef d'exploitation depuis trois ans. " En plus, on doit manager des équipes qui deviennent comme une famille, c'est vraiment enrichissant. "
Une fois par an, un des deux réacteurs est arrêté pour refaire le plein d'uranium : c'est l'arrêt de tranche / © Marine Rondonnier-F3CVDL
Une fois par an, un des deux réacteurs est arrêté pour refaire le plein d'uranium : c'est l'arrêt de tranche / © Marine Rondonnier-F3CVDL


L'arrête de tranche : le personnel de la centrale multiplié par deux

Un arrêt de tranche est un arrêt de la production d'un réacteur nucléaire dans une centrale nucléaire. Ces arrêts sont nécessaires tous les 12 ou 18 mois environ (selon le taux de fonctionnement du réacteur) pour remplacer le combustible nucléaire usé et procéder à des opérations de contrôle et de maintenance sur des parties de l'installation qui ne sont normalement pas accessibles pendant son fonctionnement normal.

La centrale de saint Laurent est en arrêt de tranche jusqu'à mi-novembre. Du coup, pendant cette période de deux mois environ, le nombre de personnes venant travailler à la centrale peut atteindre les 2000. Ce qui double le personnel et les contrôles de sécurité. 

La centrale de Saint-Laurent-des-Eaux se situe sur la commune de Saint-Laurent-Nouan dans le Loir-et-Cher. A mi-chemin entre Blois et Orléans, et à moins de 2h de Paris, elle s'étend sur 60 hectares. Créée en 1981, elle fournit 3 % de l'électricité nationale.

Reportage au coeur de la Centrale

Sur le même sujet

L'application pour comparer les rendements de la moisson

Les + Lus