REPLAY. Documentaire : "Les filles d'ici" ou le portrait de 3 adolescentes qui vivent à la campagne

Diffusé du au Publié le Mis à jour le
Écrit par Pascale Menard .

Léane, Éden et Julie sont trois adolescentes d’aujourd’hui, trois filles d’ici. Elles vivent à la campagne dans le département du Loir-et-Cher. Trois portraits croisés pour mettre en lumière le quotidien de celles qui à juste titre se sentent souvent oubliées.

Vivre à la campagne quand on est adolescent, éloigné des "réseaux"… est-ce une chance ou un problème ? Dans ce documentaire, Marion Dupuis et Marie Roy sont allées à la rencontre de trois jeunes pour tenter de répondre à cette question. Voici leur portrait.

Eden, l'artiste de la bande

Éden a 16 ans, elle habite le petit village de Saint-Laurent-Nouan niché à 28 km de Blois et 37 km d’Orléans.

Un prénom tout en douceur qui lui va bien. D’un naturel discret, son sourire illumine son visage poupin.

Éden vit à la campagne, mais ne se sent pas pour autant "campagnarde". Elle se décrit comme une jeune fille de son temps qui vit dans un autre environnement.

Les activités citadines comme le shopping, le cinéma ne sont pas à portée de rues, mais elle reconnaît que la campagne offre des activités enrichissantes en extérieur. Elle ne s’est pas sentie noyée ou isolée dans l’un des collèges de la ville et a pu garder les mêmes amies dans un espace privilégié. Bien entendu, s’il y a des avantages à vivre loin de l’effervescence de la ville, il y a aussi des inconvénients, surtout lorsque l’on a 16 ans.  

"C’est vrai qu’habiter à la campagne c’est parfois plus compliqué, on a l’impression d’être toujours à la traîne. Après, j’ai mes deux meilleures amies qui n’habitent pas très loin, ça aide à faire passer le truc."

Les réseaux sociaux ne se cantonnent pas à la vie citadine et Éden poste et consulte Instagram, tiktok, snapchat et twitter. Elle partage des photos lors de ses déplacements en ville et sur ses lieux de vacances, des ailleurs qui la font un peu rêver parce que : 

"Saint-Laurent, ce n’est pas « cool », ce n’est pas « ouf », ce n’est pas « Waouh », personne ne vient en vacances à Saint-Laurent, personne. Un touriste à Saint-Laurent, ça n’existe pas, à part s’il va visiter Chambord, c’est tout".

C’est quelque chose qui me plaît d’aller faire les magasins, je trouve qu’acheter des vêtements, c’est très détendant. Je ne sais pas comment expliquer, mais j’aime bien changer de style, acheter des choses qui me plaisent et après les porter, changer de tenue, ne pas toujours m’habiller pareil.

Éden

Éden, c’est un peu l’artiste du trio, elle aime peindre et dessiner, prend plaisir à soigner son image, accorde de l’importance à l’esthétique tout en restant authentique.

Léane, la natation à portée de maillot

Léane vit dans le même village que son amie Éden. C’est la sportive du groupe, une compétitrice qui se donne à fond pour aller au bout de ses challenges. Se jeter à 6 heures dans le grand bassin avant d’aller en cours pour passer son Brevet national de secourisme et de sauvetage aquatique ne lui fait pas peur, bien au contraire, cela la rend heureuse et épanouie.

Saint-Laurent-Nouan, c’est un peu la cour de récréation de Léane, toute sa famille y vit et ses grands-parents sont ses voisins. Impossible de s’y sentir seule mais impossible aussi de passer inaperçue ! Une proximité qui ne facilite pas l’intimité surtout lorsqu’il faut se faire conduire par l’un de ses parents pour changer d’environnement. C’est aussi ça la campagne !

Lucie, le clown du groupe

Lucie habite à la Ferté-Saint-Cyr à quelques kilomètres de chez Éden et Léane. Les trois adolescentes sont amies, partagent les mêmes paysages, ont fréquenté le même collège et aujourd’hui le même lycée. Lucie se plaît ici, elle ne s’imagine pas vivre ailleurs. La foule, la ville, ce n’est pas pour elle, elle préfère la compagnie de son lapin Rémus.

Comme ses deux amies, Lucie est bonne élève. Elle se juge assez scolaire et se qualifie comme le clown du groupe.

Le documentaire se tourne dans la durée et nos trois filles d’ici évoluent au fil du temps. Elles changent de look, tombent amoureuses, revoient leurs priorités et se projettent dans un avenir proche qui va les déraciner de leur campagne, non sans une certaine appréhension. 

Quitter le nid pour apprendre à voler de ses propres ailes et revenir en toute liberté.

Ça me fait un peu peur mais j’ai hâte quand même de découvrir tout ça.

Léane

3 bonnes raisons de regarder ce documentaire

La première bonne raison de regarder ce documentaire est de faire connaissance avec ces trois jeunes filles qui vivent à la campagne en Région Centre-Val de Loire et qui ont fait la démarche de partager leur quotidien et leur intimité. Une mise en lumière de leurs personnalités, de leurs différences et de leurs points communs.

La deuxième bonne raison est de s’interroger sur les avantages et les inconvénients d’une vie d’adolescente en ville ou à la campagne : Alors Ado des villes ou Ado des champs ?

  • Boire un café viennois avec ses potes dans un endroit à la mode où le serveur écrit ton prénom sur un gobelet design.
  • Faire du shopping dans les boutiques incontournables qui poussent dans toutes les villes. Passer par la case essayage et poser en mode selfie.
  • Se faire un ciné, un bowling, se rendre à la patinoire, s’éclater au laser game et se rafraîchir en buvant à petites gorgées un coca XL  avec touillette.

La ville, c’est un peu une fête foraine permanente, bien plus fun que le village du coin où la boulangerie, quand elle est ouverte est le seul point de gourmandise à la ronde.

Enfin, c’est en tout cas, l’image que l’on peut en avoir si l’on en croit les séries télévisées, les influenceuses et les instants figés dans un selfie.

Prendre le bus, prendre le train, se faire conduire ici ou là quand c’est possible. Faire le tour du village et rencontrer toujours et encore les mêmes personnes. Refaire le tour du village pour la énième fois, jouer aux sept différences et constater que rien n’a changé.

Enfin, c’est en tout cas, l’image que l’on peut en avoir si on oublie d’écouter le silence, de lever les yeux vers le ciel étoilé et de sourire aux visages connus croisés au détour d’une rue.

Ville ou campagne ? Avantages et inconvénients ? L’herbe semble toujours plus verte de l’autre côté de la vallée.

La solitude des grands espaces verts est-elle plus ou moins douce que celle que l’on ressent parfois au milieu du tumulte ?

Ici ou là, peu importe l’endroit quand on trouve sa place.

La troisième bonne raison est de participer à ces instants privilégiés de partage et d’amitié, à ces échanges sans fard où les regards pétillent de sincérité. Une bien jolie rencontre avec ces 3 filles d’ici.

► "Les filles d'ici", un film écrit par Marie Roy et réalisé par Marie Roy et Marion Dupuis. Une co-production Tandem image et France 3 Centre-Val de Loire. Première diffusion le jeudi 29 septembre 2022 à 23.00 sur France 3 Centre-Val de Loire  

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité