Résistance : un nouveau lieu de mémoire à Blois inauguré ce matin

Christiane Hessel, à la tribune lors de l'inauguration du Centre de la Résistance, de la Déportation et de la Mémoire de Blois. / © Marine Rondonnier-France3 CVDL
Christiane Hessel, à la tribune lors de l'inauguration du Centre de la Résistance, de la Déportation et de la Mémoire de Blois. / © Marine Rondonnier-France3 CVDL

Ce matin à Blois a été inauguré le Centre de la Résistance, de la déportation et de la mémoire ( CRDM ) au pied du château. Un nouveau lieu plus central en ville qui succède au Musée de la Résistance et qui permet de s'immerger dans l'histoire de la Seconde guerre mondiale au niveau local. 

Par Marine Rondonnier

Il ne pourrait qu'approuver ce nouveau centre de la mémoire car il était très soucieux de ce qui pouvait être présenté aux nouvelles générations. Il a beaucoup témoigné dans les écoles. 

Christiane Hessel est une femme engagée notamment pour la cause palestinienne.
L'épouse du résistant et diplomate Stéphane Hessel est venue assister à l'inauguration du Centre de la Résistance, de la déportation et de la mémoire et ce samedi 9 novembre pour rendre hommage aux résistants et pour appeler les nouvelles générations à rester vigilantes face aux signes de montée du fascisme. " Les signes sont toujours les mêmes : le nationalisme, la xénophobie, le racisme dans toutes ses formes. Quand il y a cette tendance, il faut se mettre en guerre contre ça", rappelle Christiane Hessel à la tribune.


Et d'ajouter :

"La lutte doit être permanente. C'est le message que nous laissent ceux qui nous ont précédés pour défendre la liberté. C'est par la pédagogie qu'on prépare les générations futures pour qu'elles reconnaissent et combattent ces signes. "

Christiane Hessel visite le Centre de la Résistance, de la déportation et de la mémoire et avec Marc Gricourt, maire de Blois. / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL
Christiane Hessel visite le Centre de la Résistance, de la déportation et de la mémoire et avec Marc Gricourt, maire de Blois. / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL

Christiane Hessel est très attachée à Blois. Elle y venait souvent avec son mari rendre visite à Pierre Sudreau, résistant du réseau Brutus et maire de la ville de 1971 à 1989. Il avait rencontré Stephane Hessel lors de sa déportation à Buchenwald, camp de concentration nazi en Allemagne. 
 
Michel Duru et Michel Reynaud, résistants du Loir-et-Cher et co-fondateurs du Musée de la Résistance / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL
Michel Duru et Michel Reynaud, résistants du Loir-et-Cher et co-fondateurs du Musée de la Résistance / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL

Des résistants et leurs familles déstabilisés par la nouvelle muséographie

Le public est venu nombreux assister à l'inauguration du CRDM ouvert depuis le 21 septembre 2019.
Parmi les invités d'honneur, Michel Duru, résistant et co-fondateur du Musée de la Résistance créé en 1995 pour le 50ème anniversaire de la Libération :  " Il y avait plus d'objets et plus de photos dans l'ancien Musée de la Résistance. On s'y reconnaissait plus qu'ici. Ici c'est bien pour les nouvelles générations. L'important est que notre objectif de ne pas oublier se perpétue."

On ne comprend pas pourquoi ils ont enlevé la photo de notre père

Dans les allées du CRDM, une femme de 91 ans et ses trois filles cherchent quelque chose. Elles ne trouvent pas la photo de leur père, résistant avec Raymond Casas*et déporté à Dachau. " On ne comprend pas pourquoi ils l'ont enlevée. Notre père appartient à l'histoire de la Résistance locale, nous confie l'une d'elle très émue par ce qu"elle vient de découvrir."

Un musée de la Résistance c'est aussi le lieu de mémoire pour les familles de ces hommes et ces femmes qui ont su rester debout face à l'envahisseur.
" Mon mari avait 18 ans quand il a été déporté à Dachau. Il est sorti à la Libération mais il n'en est jamais vraiment revenu. Il faisait des cauchemars toutes les nuits et me disait "Ils finiront par m'avoir".
Le jour du cinquantième anniversaire de la Libération, il s'est donné la mort. 

 
Le Centre de la Résistance, de la déportation et de la mémoire fait la part belle aux résistants locaux. / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL
Le Centre de la Résistance, de la déportation et de la mémoire fait la part belle aux résistants locaux. / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL

Une scénographie plus moderne pour attirer plus de scolaires et de touristes


Le nouveau Centre de la Résistance, de la déportation et  de la mémoire et s'étend sur 225 m2. Situé au pied du château de Blois près du nouvel office de Tourisme il est plus visible pour les touristes et les passants. Il est aussi plus accessible pour les scolaires. Il a déjà accueilli 1055 depuis son ouverture en septembre 2019. 

Franck Prêtre, président de l'association des Amis du Musée de la Résistance rappelle la vocation pédagogique de ce nouveau centre qui mise aussi sur le numérique :   "Nous sommes des passeurs de mémoire qui engagent la nouvelle génération à ne jamais oublier. " 

* Raymond Casas : blésois d'origine espagnole, sergent-chef dans les Forces françaises intérieures (FFI)

Reportage de Marine Rondonnier, Sanaa Hasnaoui et Simon Schneider :

Les prochains rendez-vous du CRDM :

  • Exposition à partir du 27 novembre 2019  : "Les enfants de la Résistance "de Vincent Dugomier et Benoit Ers. Série en bande dessinée qui évoque les grandes étapes de la Seconde guerre mondiale, la collaboration, la Résistance à travers l'engagement de ces enfants de la Résistance. 
  • Projection d'un film le samedi 14 décembre à 14 h : Dans la France occupée, Maurice et Joseph, deux frères juifs, sont envoyés par leurs parents en zone libre. Livrés à eux-mêmes, ils devront faire preuve de courage pour échapper aux occupants et tenter de réunir leur famille. Réservation : 02 54 44 67 40 ( Gratuit) 

Sur le même sujet

Les + Lus