Covid-19 : les collèges du Loir-et-Cher expérimentent une bombe aérosol anti-coronavirus

Le département du Loir-et-Cher est le premier client d'une entreprise tourangelle qui commercialise une bombe aérosol autopercutante virucide. Un systéme destiné à désinfecter les salles de cours des colléges.

Une bombe de virucide pour désinfecter la salle de cours
Une bombe de virucide pour désinfecter la salle de cours © Nicolas Derré CD41
Depuis la rentrée, les 26 collèges du Loir-et-Cher bénéficient chaque semaine d'une désinfection des salles de cours avec un nouveau système de traitement contre la Covid-19. Inventé pendant le confinement, et mis en production cet été, le dispositif de désinfection se présente sous la forme d'un aérosol.

Dès le mois d'août, le Conseil Départemental 41 a misé sur l'invention de l'entreprise jocondienne, All Safe Company, en acquérant 6 000 bombes aérosol autopercutantes virucides. Pour un coup de 25 000 euros, le CD41 s'assure la désinfection hebdomadaire de 836 salles de cours. Une opération de désinfection qui vient en plus des protocoles sanitaires mis en place avec l'épidémie de coronavirus.
Exemple du spray virucide qui permet de désinfecter 125 m3
Exemple du spray virucide qui permet de désinfecter 125 m3 © All Safe Company
L'invention vient d'un entrepreneur spécialisé dans les piscines. Installé à Joué-les-Tours, Laurent Chouraqui commercialise depuis longtemps des produits désinfectants pour piscine. C'est durant le confinement que va germer l'idée d'un produit virucide pour lutter contre la Covid-19.

S'il existe des produits désinfectants en pulvérisateur, l'innovation va venir du procédé : un gaz sec. Ce sera donc une bombe aérosol autopercutante qui sera chargée de diffuser le produit dans l'environnement. 

Avec l'aide d'un industriel des aérosols et un laboratoire, "Clean R with" va être produit en grande quantité. Certifiée, normée et traçable grâce à un QR code, la petite canette va séduire d'abord le département du Loir-et-Cher avant de conquérir d'autres marchés. 

Collectivités, hôtellerie, entreprises trouvent dans ce procédé un gain de temps substantiel pour éliminer le coronavirus d'un espace fermé. Une bombe de 125 ml traite 125 m3, toute surface confondue et le QR code permet de s'assurer du traitement.
 

Par ce biais, nous souhaitons rassurer les parents, les élèves, les enseignants et les agents

Nicolas Perruchot, président du CD41

Le président du Conseil Départemental, Nicolas Perruchot en visite dans un collège
Le président du Conseil Départemental, Nicolas Perruchot en visite dans un collège © Nicolas Derré CD41
Premier à parier sur cette innovation, Nicolas Perruchot, président du conseil Départemental du Loir-et-Cher, a tout de suite vu l'adaptation du procédé pour désinfecter les salles de cours des collèges :

"C'est un investissement qui a été décidé par le département en complément de tous les protocoles sanitaires qui ont lieu dans les collèges en cette rentrée. Les salles sont donc désinfectées de cette façon une fois par semaine jusqu'à la Toussaint pour le moment ; nous verrons en fonction de l'évolution de l'épidémie si nous devons prolonger le dispositif jusqu'à Noël".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société éducation