Loir-et-Cher : la bécassine des marais, photographiée en Sologne par Emmanuelle Roger et Frédéric Dupont

La bécassine des marais / © Emmanuelle Roger et Frédéric Dupont
La bécassine des marais / © Emmanuelle Roger et Frédéric Dupont

Connaissez-vous la bécassine de marais ? Deux photographes animaliers amateurs lui consacrent un ouvrage : "Bécassines des marais, escale en Sologne". A voir...

Par Isabelle Racine

Emmanuelle Roger et Frédéric Dupont sont photographes animaliers. Ils ont le statut d’amateurs car ils ont chacun une activité professionnelle : elle est comptable, il est outilleur. Ils font de la photographie depuis longtemps. En un mot : c’est une passion dont on peut dire qu’elle leur est chevillée au corps. Elle leur prend tout leur temps libre : le matin avant d’aller travailler et le soir au retour de leur journée. Lorsque l’on regarde leurs photos, on est bluffé par la qualité et la grande maîtrise de la technique. Depuis des années, Emmanuelle et Frédéric se rendent dans les forêts de Sologne sur des propriétés privées (avec toujours l’accord des propriétaires) pour se cacher dans des affûts : ils passent des heures à attendre le bon moment pour déclencher.

En 2016, ils ont consacré un ouvrage au cerf, le roi de la forêt, paru sous le titre "Reflets de Cerfs", une observation de l’animal durant la période du brame.
Ce livre leur a demandé des centaines d’heures de "planque" pour connaître l’animal et pouvoir le photographier sans se faire repérer. C’est durant ces longs moments d’attente, avant que le cerf daigne apparaitre dans leur champ de vision, qu’ils ont souvent observé un petit oiseau très coloré se balader à bonne distance de leur objectif et de leur cachette : la bécassine des marais. Ils ont commencé à photographier la belle : "Avec son superbe plumage, cela donnait de très belles couleurs et de très beaux clichés."

Ce deuxième ouvrage nous emmène donc découvrir la bécassine des marais, ce petit oiseau limicole très discret. Ce livre, comme le précédent, est le fruit d’un long, très long travail. Car de la patience, il leur en a fallu : pendant huit ans à chaque fin d’été, Emmanuelle et Frédéric ont attendu l’arrivée des bécassines en Sologne… de retour des contrées nordiques où elles avaient niché et élevé leurs petits.
Ils ont passé des centaines d’heures à attendre, dans la vase à la surface des étangs, cachés dans un affût flottant et dans des positions pas toujours très confortables. Ils se sont donnés du mal mais le résultat tient dans ces pages : ils ont capté des instants de la vie de cet oiseau et parfois, ce sont des instants magiques. Ils ont su jouer avec la lumière si particulière du crépuscule, entre chien et loup...

La bécassine des marais, photographiée d'Emmanuelle Roger et Frédéric Dupont

L’affût

Pour approcher au plus près des oiseaux dans l’étang, les photographes ont utilisé un affût flottant, qu’ils ont fabriqué eux-mêmes avec une plateforme en bois et une toile qui recouvre l’affût et les cache parfaitement de la vue des oiseaux. Une fois installés dans l’affût flottant, ils peuvent se déplacer à leur guise, ou presque (!), à la surface de l’étang et prendre des photographies au ras de l’eau.

"Les conditions de prise de vue pour la bécassine des marais sont toutefois très physiques : le photographe doit rester pratiquement immobile plusieurs heures dans l’affût. De plus, la vase rend extrêmement difficile la progression à la surface de l’étang. Les photos ont été prises à une distance d’environ cinq mètres des bécassines pour préserver la quiétude de ce magnifique petit oiseau." Emmanuelle Roger et Frédéric Dupont


La Sologne, qui s’étend entre la Loire et le Cher sur près de cinq mille kilomètres carrés, est connue pour ses forêts mais aussi pour ses très nombreux étangs (plus de trois mille), des étangs entretenus mais sauvages qui sont une escale très prisée pour des milliers d’oiseaux migrateurs en quête de repos et de nourriture.

Pour "Bécassines des Marais, Escale en Sologne", Emmanuelle et Frédéric ont collaboré avec Estelle Rebottaro, native de Bourges, qui a peint des aquarelles de la bécassine.
 
La bécassine, une aquarelle de Estelle Rebottaro / © Estelle Rebottaro
La bécassine, une aquarelle de Estelle Rebottaro / © Estelle Rebottaro
 

"Pour approcher une bécassine, nous utilisons un affût flottant mais il faut un certain niveau d'eau. C’est d’ailleurs un peu un challenge, car cet oiseau a une très bonne vue et un envol ultra rapide. Quand les bécassines restent et qu'elles se laissent prendre en photo, il nous arrive même de les entendre chuchoter si elles sont plusieurs… elles discutent en elles, c'est très rigolo." Emmanuelle Roger

 
Bécassines des marais, escale en Sologne", Emmanuelle Roger et Frédéric Dupont. 152 photos
Bécassines des marais, escale en Sologne", Emmanuelle Roger et Frédéric Dupont. 152 photos


Vous pourrez rencontrer les deux photographes les 14, 15 et  22 décembre dans le magasin Terres et Eaux d'Orléans.
ZAC de Limère. 242 avenue de la pomme de pin. 45590 St-Cyr-en-Val
 

La bécassine des marais

La bécassine des marais est un oiseau migrateur qui vient faire une halte dans les étangs de Sologne dans la période qui s’étend du mois de juillet au mois d’avril. Cet oiseau, gros comme un merle, pèse environ 120 grammes. Son bec long de 7 cm environ lui sert à sonder la vase et attraper les vers.
La bécassine des marais est une espèce d'oiseaux de la famille des scolopacidae. Il s'agit de l'une des trois espèces de bécassines vivant en France.
 

Sur le même sujet

Les + Lus