Loir-et-Cher : 2 jeunes de Romorantin sillonnent l’Europe en Camping-car

Ils l’ont fait ! C’est fou, mais il l’ont fait : ils ont pris la route en plein Covid pour entreprendre un Tour d’Europe en Camping Car. Quand même, être jeune, c’est avoir de l’audace ! Découverte de la belle histoire d'un couple d'aventuriers loir-et-chériens.

Ils s’appellent Julie Château et Clément Lefèvre. Même si leur départ a été retardé, ils n’ont rien lâché et ont pris la route à l’automne 2020.

 « Notre périple a débuté le 11 octobre. Nous étions pressés de passer notre première frontière, ce fut celle de l’Italie le 15 octobre. Nous y sommes restés 3 semaines et avons traversé d’ouest en est tout le nord du pays. Nous avons passé une semaine dans les Dolomites, c’est de loin ce que nous avons préféré là-bas ».

Beaucoup de kilomètres, d’adrénaline et de moments forts.

Au programme : 25 pays et 2 ans de voyage. Beaucoup de kilomètres, d’adrénaline et de moments forts. Pourtant, quand on leur demande s’ils n’ont pas eu une quelconque appréhension avant le départ, un doute, une hésitation à traverser tant de pays alors que l’on traverse une épidémie… Clément répond confiant :

« On suit très peu les infos car elles sont très anxiogènes. Nous connaissons beaucoup de personnes qui voyagent et parmi eux, des amis étaient bloqués en Grèce pendant le premier confinement. Ils ont trouvé des gens qui les ont hébergés. Peu ont eu de gros soucis (en Europe en tous les cas). Que l’on soit confiné en France ou dans un lieu où l’on n’a aucune attache, dans d’autres pays européens, c’est pareil. Il peut y avoir des contraintes aux frontières, des tests, etc… Mais on improvise et on improvisera au fur et à mesure. On y arrivera. Mieux que si l’on voyageait en avion. »

C’est une fenêtre ouverte sur le monde, sur l’Europe qu’ils nous ouvrent. Un voyage virtuel qu’ils nous offrent au gré des photos qu’ils publient sur les réseaux sociaux et des récits qu’ils y postent. Où ça ? Sur leur chaîne youtube et leur compte Instagram « Hippo et nous ». Hippo, comme le nom qu’ils ont donné à leur Camping Car. Personnifié pour l’occasion. Ce qui pourrait ramener à 5 le nombre de participants à cette expédition… Oui, parce que Julie et Clément voyagent avec leurs 2 chats : Bulli et Gribouille !

Mais ils ne vivent pas en vase clos, loin de là. Les rencontres sont même le sel de leur road trip :

« Nos plus beaux moments sont les moments de partage avec les locaux, nous en avons eu en Grèce et aussi en Turquie, les gens sont gentils et généreux. Pour exemples : le jour de Noël, une femme nous a apporté des pâtisseries qu’elle avait faite en nous souhaitant de belles fêtes. Lorsque nous étions confinés, un papi nous a offert 3 fois une caisse pleine d’oranges et de clémentines. La veille de quitter la Grèce, un homme nous a invité chez lui pour prendre le petit déjeuner et passer un peu de temps avec nous. En Turquie, 3 jeunes sont venus faire un barbecue avec nous en apportant de la viande, des légumes, des fruits et du vin, nous avons passé la soirée avec eux. Et encore récemment, un homme nous a proposé de venir chez lui quand il a vu que nous étions français (il avait appris à parler le français et voulait faire connaissance avec nous...). »

C’est tout le charme du tourisme en Camping Car… Les rencontres. Le sentiment de liberté et les petits soucis qui se transforment en jolis souvenirs. Seulement il y a un mais… Si l’on pouvait librement stationner partout dans les années 80, ce n’est plus vraiment le cas aujourd’hui. « En France, c’est toléré mais sous conditions. Si l’on installe une table, par exemple en extérieur, cela est considéré comme du camping sauvage donc ce n’est pas autorisé. Ailleurs en Europe, les règles diffèrent : dans le Nord, on peut se garer n’importe où (il existe un droit de la terre dans les pays scandinaves : tant que l’on respecte le lieu, on a le droit de s’y installer). En Croatie, en revanche, le camping sauvage est complètement interdit. Les sanctions sont même plus sévères qu’en France et une amende peut monter jusqu’à plusieurs centaines d’euros !"

Italie, Grèce, Turquie… récit de voyage et de confinements ailleurs, chez nos voisins européens

Depuis leur départ en octobre, Julie et Clément ont traversé l’Italie, la Grèce et la Turquie, où ils résident encore en ce moment. Mais traverser est une chose, passer les frontières en est une autre en ce moment…

« Après l’Italie, nous voulions rejoindre la Grèce par les Balkans mais les fermetures des frontières nous ont poussés à prendre un ferry entre Venise et la Grèce. Le 1er novembre nous sommes donc arrivés à Igoumenitsa au nord ouest de la Grèce. Nous avons profité de la liberté pendant une semaine avant qu’un confinement soit annoncé. Puis nous avons passé un mois confinés au bord d’une rivière avec un couple d’amis français rencontrés une semaine plus tôt dans le ferry. Aussi surprenant que cela puisse paraître, c’était un super confinement. Nous avions beau temps, nous étions avec des amis dans un lieu magnifique, les locaux étaient adorables avec nous, bref tout allait bien. Mais le confinement fut repoussé, puis repoussé, et encore repoussé (la Grèce est encore confinée actuellement) ».

« Au bout d’un peu plus d’un mois et après avoir rencontré des voyageurs qui continuaient leur voyage malgré le confinement, nous avons décidé de faire pareil. Nous avons donc visité la Grèce pendant 3 mois. Du fait de la situation sanitaire, les sites historiques étaient fermés, mais la Grèce regorge de sites naturels tous plus beaux les uns que les autres !... ».

« Le 8 mars nous avons passé la frontière turque. Ici, pas de confinement strict, les locaux sont confinés le week-end mais les touristes non. Tous les sites touristiques sont ouverts, les magasins et les restaurants aussi, nous profitons du retour à la « vie d’avant » mais aussi au retour des températures agréables ».

« Le pays compte beaucoup de sites historiques et de lieux naturels très beaux. Beaucoup d’Européens voyagent actuellement en Turquie. Nous passons beaucoup de temps avec des couples ou des familles de Français. Evidemment nos plans ont changé, mais nous avons décidé de vivre au jour le jour et d’aller là où nous le pourrons et où nous nous sentirons bien ».

C’est leur credo. En partant à l’aventure à travers l’Europe, ce sont plus que des paysages, des sensations qu’ils recherchent :

« Etre nomade, apporte un sentiment de liberté, avec peu de contraintes. La vie nomade est un mode vie minimaliste. On ne recherche pas le confort, on recherche la beauté de la nature et les rencontres. »

Sur leurs réseaux sociaux, Julie et Clément veulent montrer ce qui sort des sentiers battus. Des sites peu ou pas touristiques qu’ils découvrent et puis tous les « à côtés » de la vie en Camping Car : « on montre aussi le négatif (ce n’est pas le mode de vie idéal non plus !... Petites et grandes galères modifient parfois le programme ! Le porte vélos qui se casse et qui nous fait perdre les vélos sur la route… Les freins qui lâchent dans une descente… Le réveil en sursaut imposé par la police municipale qui nous demande de partir… Ces mésaventures nous sont déjà arrivées dans des voyages passés, lorsque nous nous préparions, nous nous entraînions à ce tour d’Europe que nous sommes en train de réaliser. »

Et si ce voyage les aidait à ré-inventer leur vie d’après : comment imaginent-ils leur retour ?

Dans la vie, celle d’avant, celle d’après… Julie et Clément travaillent dans l’animation (elle comme Directrice de Centres de Loisirs, lui comme animateur). Ils ont économisé pendant 2 ans pour financer leur voyage, préparé leur itinéraire en listant les pays, référencé près de 500 points et destinations à faire, à voir. Il leur reste des mois d’aventure, mais après ? 

« Nous n’avons pas d’idée pour l’instant, pas de projection. Nous attendons de voir une fois rentrés de voyage. Pendant 2 ans, nous allons vivre au jour le jour. Nous verrons en rentrant. Quand on quitte tout comme ça, on sait qu’au retour, on aura tout à recréer et qu’on ne reprendra pas notre vie d’avant. »

Nos 2 jeunes aventuriers loir-et-chériens partagent au quotidien leur périple sur la toile : pour les suivre, pour sourire avec eux, découvrir grâce à eux, voyager par procuration (c’est appréciable et de circonstance…) : 2 adresses :

Sur youtube : leur chaîne, c'est : Hippo et Nous

Et Instagram : www.instagram.com/hippoetnous

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
carnets de voyages sorties et loisirs europe tourisme paysages rencontres exploit société italie international confinement santé covid-19 réseaux sociaux routes transports