• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Vos députés jouent-ils le jeu de la transparence ? Stéphane Baudu

Au micro, le député du Loir-et-Cher Stéphane Baudu. / © IP3 PRESS/MAXPPP
Au micro, le député du Loir-et-Cher Stéphane Baudu. / © IP3 PRESS/MAXPPP

Mi-janvier 2019 est sorti le rapport du Projet Arcadie sur les obligations déclaratives des députés. Depuis, nous avons entrepris de décortiquer avec chaque député sa propre déclaration d'intérêts. Est-elle remplie ? Mise à jour ? Que pensent-t-ils de de ces exigences nouvelles ? 

Par Yacha Hajzler

Cet article fait partie de la série Vos députés jouent-ils le jeu de la transparence ? Leurs déclarations à la loupe.
La notice explicative est disponible en cliquant sur le titre ci-dessus. 


Stéphane Baudu, ancien maire de la Chaussée-Saint-Victor, est député du Loir-et-Cher. Appartenant au Modem, il a été élu sous étiquette LREM. Il a remplacé en octobre 2018 Marc Fesneau, devenu ministre. Il est notamment connu du public pour avoir été le premier à armer un policier municipal dans le département du Loir-et-Cher.
 

Sa déclaration est-elle remplie ? 


Dernière modification de la déclaration : 22 janvier 2019
 

Manquements : ses explications


En prenant son mandat de député, Stéphane Baudu avait pris l'engagement de démissionner de ses mandats locaux. C'est le cas pour les fonctions exécutives, qui entrent dans le cadre de la loi sur le non-cumul des mandats. 

Il a cependant, comme d'autres députés, conservé un mandat de conseiller municipal à La-Chaussée-Saint-Victor, couplé à celui de conseiller communautaire d'Agglopolys. "Je reste très connecté à mon territoire, j'ai une collègue qui est devenue maire à ma place, on travaille ensemble sur un certain nombre de dossiers, ça ne peut pas se faire du jour au lendemain", explique l'élu. 

Concernant sa conjointe, elle est actuellement en recherche d'emploi, ce qui explique la mention [Néant] à la rubrique concernée.
 

Transparence de la vie publique : son avis


"On est peut-être les élus les plus regardés, entre cette déclaration, le contrôle de nos frais de mission en dehors des procédures... Mais c'est normal, je crois qu'on en a besoin dans la période actuelle. Peut-être qu'on pourrait élargir à d'autres élus. 

Je pense que c'est suffisant, on peut toujours aller au-delà, il faut faire attention de ne pas tomber dans l'inquisition pour autant. Je pense que, dans une grande majorité, les élus sont de bonne foi. 

Concernant la HATVP,  je sais que des plateformes ont fait remonter qu'un certain nombre de députés n'étaient pas à jour dans leur déclaration. Il y a beaucoup de mes collègues qui n'avaient pas mis à jour leurs collaborateurs. Ça aurait dû être fait, mais ce n'est pas pour autant qu'il doit y avoir suspicion de vouloir cacher des choses.  Maintenant, il y a peut-être besoin de contrôles un peu plus pointus, on est sur du déclaratif."

 

Sur le même sujet

La filière du cornichon français lancée dans le Loir-et-Cher progresse bien

Les + Lus