Confinement : des étudiants créent un site pour aider les commerçants de Gien

A Gien, dans le Loiret, trois étudiants ont créé un site internet où l’on achète des bons d’achats, à dépenser dans les commerces après le confinement. Après une première édition au printemps dernier, la plateforme est de nouveau en activité depuis le 2 novembre.
Ils sont trois étudiants, âgés d’une vingtaine d’années. Julien, Antoine et Louis sont à l’origine du site jesoutiensgien.fr. L’idée a germé lors de la première vague de l'épidémie de Covid-19. Le client commande des bons d'achat de 30 euros, à utiliser, après le confinement, dans les magasins du Giennois inscrits sur la plateforme.

Fleuristes, instituts de beauté, boutiques de prêt-à-porter, plus de cinquante commerçants ont répondu à l’appel. Et le succès a été au rendez-vous. Au printemps dernier, 470 bons de soutien ont été vendus, soit 14 000 euros dépensés dans l'économie giennoise. 19 000 visites ont été enregistrées sur le site.

Depuis le 2 novembre, jesoutiensgien.fr a repris son activité en adaptant aux nouvelles formes de commerce. L’accent a été mis sur le fameux "click and collect". "On l’a rajouté sur la description des bons de soutien, détaille Julien Franchina, étudiant en Histoire. Sur notre page Facebook, on a créé une liste de tous les commerçants enregistrés sur le site qui font de la vente à emporter. On va essayer de la mettre à jour au maximum de sorte que l’on ait un annuaire".

Faire évoluer l’offre

Côté commerçants, on réfléchit aussi à de nouvelles choses. Au Café Bouche B, le bon de soutien est désormais valable uniquement sur des paniers gourmands ou dans l'épicerie fine. "On est en lien avec nos producteurs, ça permet indirectement de les soutenir, explique Antoinette Bourret, la gérante du restaurant. Et nous, on est en mode travail avec nos paniers gourmands. On n’est pas dans l’accumulation d’une trésorerie pour la réouverture. On pense à l’issue de la première expérience que nos clients vont de toute façon avoir envie de revenir. Ils nous l’ont dit".

Une quarantaine de bons vendus pour cette restauratrice lors de la première édition. Bilan très positif aussi pour Claudine Perillat avec 85 bons soit 2 500 euros gagnés. Mais la gérante du magasin de chaussures Apparence n’est pas sûre de réaliser un aussi bon chiffre cette fois-ci. La fin d’année n’est pas la période où elle réalise ses meilleures ventes. A Noël, "on est à 15 jours des soldes, les gens attendent plus le mois de janvier pour acheter". Comme beaucoup de ses collègues, elle s’est mise au retrait en magasin. "Les gens viendront peut-être plus directement chez nous sans passer par la plateforme, ce que je ne souhaite pas".

Ce biais, Julien Franchina en a conscience. "On sait que les gens utilisent le site pour récupérer le numéro des commerçants. Et après, ils font entre eux. […] On espère surtout que cela va pouvoir aider sur le terrain et dans le réel". Alors une saison 2 satisfaisante pour jesoutiensgien.fr, ce serait d’"aider à faire les courses de Noël", conclut-il.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société confinement économie