• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Loiret : un salarié d'Amazon licencié après avoir publié un post sur Facebook

© Amazon
© Amazon

Un salarié d'Amazon en poste à Saran (Loiret) a été licencié par son employeur qui lui reproche de ne pas avoir respecté ses obligations contractuelles en relayant un message sur Facebook appelant "à bloquer les entrepôts d'Amazon".

Par Isabelle Racine

Il avait relayé le message suivant sur Facebook :

"Pour frapper un grand coup et nuire à l'économie, blocage des entrepôts Amazon."

« Il » c’est un salarié d’Amazon en poste sur le site de Saran dans le Loiret. Il a posté cet appel sur la page Facebook "Nous Gilets Jaunes" en novembre dernier. La suite pour ce salarié, c’est une mise à pied lorsqu'il reprend son travail... deux jours après le post. Ensuite, la procédure est enclenchée : il est convoqué pour un entretien préalable à un licenciement. Il a été licencié pour faute grave.

La direction d'Amazon reproche à ce salarié de ne pas avoir respecté ses obligations contractuelles, d'avoir soutenu sur les réseaux sociaux "des actions" ou "tenu des propos contre son employeur" en opposition totale avec valeurs de l’entreprise. Pour les mêmes motifs, elle a déjà  engagé des procédures de licenciement envers trois autres salariés du groupe à Montélimar et Douai et indiqué que ces salariés ont manqué à leur "obligation de loyauté".

Contactée, la direction d'Amazon justifie ses licenciements :

"Le mouvement des gilets jaunes n’est pas lié à Amazon. Il est faux de prétendre que des collaborateurs ont été licenciés pour une raison autre que la violation de leurs obligations contractuelles. Chez Amazon, chacun de nos collaborateurs est libre de participer ou d'exprimer son soutien à un mouvement, quel qu’il soit. Notre intérêt est que nos collaborateurs restent au sein de l’entreprise et y développent leurs carrières. Cependant, nous prenons des mesures si un employé ne respecte pas ses obligations contractuelles."

Aujoud'hui à la recherche d'un emploi, il s'estime "black-listé". Il a répondu à nombreuses offres d'emploi. Sans succès. On lui aurait fait comprendre qu'il ne pourra pas retrouver du travail dans les différentes entreprises et plateformes de logitiques basées au nord d'Orléans. Il dit regretter son post. Une équipe de France 3 Centre-Val de Loire a rencontré le salarié licencié. Ecoutez-le :
 
Réaction salarié d'Amazon licencié.6.02.19
Réaction du salarié d'Amazon licencié pour avoir écrit un post sur Facebook appelant à bloquer l'entreprise. - France 3 Centre-Val de Loire - Theophile M'Baka / Charly Krief
 

De leur côté, les syndicats estiment le licenciement abusif et injustifié. Ecoutez Khaled Bouchajra, délégué syndical CGT du site Amazon Saran :

 

Réaction délégué syndical CGT / licenciement salarié Amazon. 6.02.19
Réaction délégué syndical CGT / licenciement salarié Amazon - France 3 Centre-Val de Loire - Theophile M'Baka / Charly Krief

"Il est scandaleux qu'Amazon fouille sur Facebook pour fliquer ses salariés. Le droit du salarié à exprimer ses opinions est bafoué. Il n'a pas à être sanctionné. Amazon parle de loyauté mais où est la loyauté quand Amazon dénie à ses salariés toute possibilité d'opinion. Amazon aprle de loyauté ? Comment peut-on parler de loyauté quand il y a ceux qui se gavent et les autres, les salariés qui triment et rament payés au SMIC." Marc Lavaud, délégué départemental de l'union syndicale Solidaires du Loiret
 

"C'est de la surveillance abusive. Le salarié a droit à avoir des opinions. Il ne les a pas exprimé durant ses heures de travail. C'est une atteinte à la liberté et au droit de manifester". Syndicat Sud Commerce et services.
 

Sur le même sujet

Maltraitance animale : l'ours Mischa soigné en urgence au refuge de

Les + Lus