Orléans : un important cluster de Covid-19 détecté à la prison de Saran

22 détenus et 18 membres du personnel ont été testés positifs au sein du centre pénitentiaire d'Orléans-Saran, lors d'un dépistage massif mené ces derniers jours. De nouveaux tests étaient prévus ce mercredi 14 avril.

Le centre pénitentiaire de Saran en 2016.
Le centre pénitentiaire de Saran en 2016. © Guillaume Souvant/AFP

Un important foyer de contamination vient d'être détecté au sein de l'établissement pénitentiaire de Saran, au nord d'Orléans dans le Loiret. Depuis la fin mars, une quarantaine de personnes ont été testées positives à la Covid-19 dans le centre, dont 22 détenus et une vingtaine de membres du personnel.

Le premier cas a été détecté le 29 mars, chez un agent du personnel du centre de détention (qui regroupe environ 200 détenus, sur les 770 que compte la prison). "A ce jour, 12 agents de l’établissement et 6 agents du SPIP (service pénitentiaire d’insertion et de probation, ndlr) sont positifs à la Covid", précise Pascal Vion, directeur interrégional des services pénitentiaires de Dijon. 

21 détenus du centre de détention pour hommes se sont également révélés positifs sur 185 tests effectués, auxquels s'ajoute un arrivant déjà positif, précise de son côté l'agence régionale de santé.

La prison : "un milieu très confiné, et un peu insalubre"

Dans le centre de détention, "les détenus sont un par cellule, confinés et portes fermées", note Mickaël Petit, secrétaire local du SNP-FO, qui vante le "respect des gestes barrières au sein de la prison". Selon lui, "tout est mis en place par la direction pour les personnels, avec masques et gel hydroalcoolique", pour garantir la sécurité sanitaire de tous.

Malgré cela, il concède une difficulté structurelle : "C'est un milieu très confiné, et un peu insalubre". Et même si "tout le monde a pris conscience de la gravité du Covid", Mickaël Petit note qu'on "ne peut pas contrôler les agents hors de la prison, chacun a sa vie, une famille". 

Le centre de détention "sous cloche"

A la suite de la détection de ces nombreux cas, plusieurs mesures sanitaires ont été décidées par l'administration pénitentiaire. Ainsi, le centre de détention se retrouve "sous cloche" au milieu de la prison, affirme Mickaël Petit, tandis que les trois populations (positifs, négatifs et ceux ayant refusé de se faire tester) ont été isolées les unes des autres selon l'ARS.

A cela, la direction interrégionale des services pénitentiaires ajoute le renforcement des mesures de protection sanitaire, la réorganisation des mouvements, la gestion isolée des personnes détenues positives à la Covid-19, la gestion entièrement équipée des agents pénitentiaires et du personnel médical, et la désinfection renforcée de la détention et des points de passage.

A part les personnes testées positives au Covid-19, les parloirs sont maintenus.

Une nouvelle série de dépistages du personnel -dont les résultats sont attendus ce jeudi- a été menée ce mercredi 14 avril (à J+7). Quant aux détenus, ils seront retestés ce lundi 19 avril. A l'heure actuelle, l'ARS n'a pas encore précisé si ce dépistage concernera tout le centre de détention, ou une population ciblée.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison justice société covid-19 santé