Rachat de la verrerie Duralex : feu vert pour la maison mère de Pyrex !

Le tribunal de commerce d'Orléans a rendu sa décision ce jeudi 28 janvier. Pyrex, International Cookware, rachète la verrerie Duralex de la Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret). Coût de l'acquisition : 3,55 millions d'euros.

L'entreprise est notamment connue pour ses verres de cantine. Photo d'illustration
L'entreprise est notamment connue pour ses verres de cantine. Photo d'illustration © PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE/MAXPPP

Un feuilleton de cinq mois qui se termine sur une note positive. L'offre faite par Pyrex pour reprendre l'usine Duralex de la Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret), notamment connu pour ses verres de cantine, a été validée par le tribunal de commerce d'Orléans ce jeudi 28 janvier. Ce dernier avait demandé à l'entreprise de revoir son offre de 3,55 millions d'euros, jugée faible financièrement. Pourtant, le groupe a maintenu son prix de cession mais "a modifié son périmètre pour répondre à la demande du tribunal" selon nos confrères de l'AFP. 246 des 248 emplois seront également maintenus. Seuls deux cadres dirigeants ne sont pas conservés.

L'entreprise était seule en lice dans cette course au rachat depuis le vendredi 22 janvier. Nos confrères de l'AFP assuraient qu'il s'agissait du "seul dossier qui tenait la route". Duralex, placé en redressement judiciaire depuis septembre 2020, a accumulé ces dernières années plus de 40 millions d'euros de dettes

"Un nouveau pôle verrier en Centre-Val de Loire"

"Grâce à cette reprise, Pyrex assure à Duralex un avenir solide, conforte la fabrication française dans le verre de cuisine et des arts de la table et construit un acteur majeur qui ambitionne de devenir leader mondial du secteur [...] La priorité donnée au respect des normes de sécurité les plus strictes et l’investissement dans nos outils de production pour mener les initiatives les plus innovantes de la profession, en termes de consommation d’énergie et d’impacts environnementaux, sera centrale dans la constitution de ce nouveau pôle verrier d’excellence en Centre Val de Loire", se félicite José-Luis Llacuna, le PDG d'International Cookware.

La maison mère de Pyrex, implantée à Châteauroux depuis 1970, proposerait un plan ambitieux pour redresser la verrerie de la Chapelle-Saint-Mesmin. Elle prévoit notamment d'investir à hauteur de 17,7 millions d'euros sur la période 2021 à 2024. Elle apporterait aussi 21 millions de fonds propres sur la même période, dont 12 millions dès cette année selon le jugement du tribunal. La direction de Pyrex affirme cependant que les deux entreprises resteront indépendantes puisqu'elles "poursuivront leur développement dans leurs cadres respectifs".

Un "ouf" de soulagement pour salariés et élus

Pour les employés, c'est aussi un vrai soulagement, comme nous l'explique Pascal Colichet, le secrétaire du syndicat CGT et représentant des salariés au niveau du redressement judiciare. "Ca permet de maintenir les emploi avec des perspectives d'augmentation puisque le groupe prévoit d'embaucher 40 personnes de plus. Nos salaires seront normalement revalorisés le 18 février prochain et ils investiront dans nos machines de production" 

Le projet était soutenue par la région Centre-Val de Loire et Orléans Métropole. Son président, Christophe Chaillou, salue "la qualité du travail partenarial mené pour protéger l'emploi, notre industrie et notre savoir-faire".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie