• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Robert Leroy, le prêtre cycliste du Loiret

Robert Leroy, après sa messe, avant sa course cycliste. / © France 2
Robert Leroy, après sa messe, avant sa course cycliste. / © France 2

Lorsque Robert Leroy, prêtre de 67 ans, n'est pas dans une de ses 13 paroisses ou au contact des fidèles, il arpente sur son vélo les routes du Loiret. Partez à la découverte de cet ancien coureur de première catégorie.

Par Victor Lengronne (avec France 2)

"Un prêtre ? Sur un vélo ? Ca m'a étonné !" Ces mots d'un observateur du cyclisme loirétain montrent à quel point Robert Leroy, prêtre de 67 ans à Sully-sur-Loire, détonne. 

Un dimanche de juillet, comme cela lui arrive souvent, le prêtre s'éclipse pendant le chant d'envoi de sa messe pour se préparer le plus rapidement possible pour sa course cycliste, qui a lieu à 13h30. Il abandonne son aube pour une tenue beaucoup plus moulante. "Je suis assez compétiteur, même si ce n'est pas très évangélique. Je pars toujours avec l'idée de faire un bon résultat."
 

S'il s'est échappé lors des premiers kilomètres de la course, Robert Leroy n'a pas tenu la cadence, rattrapé puis dépassé par 16 de ses 17 adversaires du jour. Il termine avant-dernier après 1h30 d'effort : "Ceux qui ont plus de 60 ans sont en retraite donc ils ont le temps de pas mal rouler. Ma retraite n'est qu'à 75 ans. Et quand on est prêtre, on doit continuer d'assurer des services..." 

Pas facile donc d'allier son métier de prêtre et sa passion pour le cyclisme. 70 heures de travail hebdomadaires, 13 paroisses à gérer dont celle de Sully-sur-Loire... Il est tout de même parvenu à remporter à trois reprises le titre de champion de France du clergé, course réservée aux hommes d'Eglise. 

30 mariages à célébrer


D'ailleurs, les passerelles entre son discours à la messe et le cyclisme sont nombreuses. Ses quelque 700 000 kilomètres de vélo depuis ses débuts en 1971 sont passés par là. "En vélo, je sais que moins on pèse lourd, plus on est efficace. Il y a quarante ans, je faisais 10 kilos de moins et j'étais beaucoup plus performant qu'aujourd'hui", avait-il déclaré à ses fidèles lors de la messe.

S'il roule beaucoup moins qu'auparavant, le prêtre de 67 ans espère repartir en trombe à la rentrée, avec deux fois plus d'entrainement, après sa trentaine de mariages à célébrer durant l'été.

Sur le même sujet

Le Blanc, commune rurale isolée

Les + Lus