Meurtres de DRH : un ancien plan de restructuration en Eure-et-Loir comme pièce maîtresse du puzzle ?

Publié le
Écrit par Yacha Hajzler

Ce n'est pour l'instant qu'une "possibilité", mais les éléments sont troublants : deux victimes du "tueur de DRH" auraient été en charge d'un plan de restructuration dans l'entreprise du suspect, en 2006.

Gabriel Fortin, meurtrier présumé d'une DRH, Géraldine C. et d'une employée de Pôle Emploi, Patricia P., jeudi 28 janvier dans la Drôme et l'Ardèche, a été mis en examen samedi pour "assassinats". Ecroué, il est resté muet sur les raisons de son geste.

Ce 29 janvier, une source proche du dossier a confirmé à l'APF que Gabriel Fortin était soupçonné du meurtre d'une autre DRH, Estelle L., tuée par balle sur le parking de son entreprise à Wolfgantzen, dans le Haut-Rhin. Une "possibilité" encore à l'examen selon le procureur de la République de Valence, Alex Perrin. Un ancien collègue d'Estelle Luce a également été agressé à son domicile.

Fait troublant, les deux victimes avaient travaillé entre 2006 et 2008 à un projet de délocalisation de l’activité de la société Francel SA, basée à Gallardon près de Chartres (Eure-et-Loir), vers la Roumanie. Or, selon le quotidien les Dernières Nouvelles d'Alsace, "une personne portant le même nom que le tueur présumé travaillait au bureau d'études de Francel SA (...) à l'époque même où les deux victimes alsaciennes y menaient un plan de restructuration".

S'agirait-il d'une vengeance ? Dans ce dossier, chaque victime a été impliquée dans un processus menant à une perte d'emploi pour Gabriel Fortin, à l'exception de Patricia P. "Rien n'établit en l'état qu'il connaissait" l'agente Pôle Emploi avant le meurtre, a précisé le procureur.