Meurtres de DRH : un ancien plan de restructuration en Eure-et-Loir comme pièce maîtresse du puzzle ?

Ce n'est pour l'instant qu'une "possibilité", mais les éléments sont troublants : deux victimes du "tueur de DRH" auraient été en charge d'un plan de restructuration dans l'entreprise du suspect, en 2006.

Un gardien de prison porte un trousseau de clés - Photo d'illustration
Un gardien de prison porte un trousseau de clés - Photo d'illustration © MAXPPP

Gabriel Fortin, meurtrier présumé d'une DRH, Géraldine C. et d'une employée de Pôle Emploi, Patricia P., jeudi 28 janvier dans la Drôme et l'Ardèche, a été mis en examen samedi pour "assassinats". Ecroué, il est resté muet sur les raisons de son geste.

Ce 29 janvier, une source proche du dossier a confirmé à l'APF que Gabriel Fortin était soupçonné du meurtre d'une autre DRH, Estelle L., tuée par balle sur le parking de son entreprise à Wolfgantzen, dans le Haut-Rhin. Une "possibilité" encore à l'examen selon le procureur de la République de Valence, Alex Perrin. Un ancien collègue d'Estelle Luce a également été agressé à son domicile.

Fait troublant, les deux victimes avaient travaillé entre 2006 et 2008 à un projet de délocalisation de l’activité de la société Francel SA, basée à Gallardon près de Chartres (Eure-et-Loir), vers la Roumanie. Or, selon le quotidien les Dernières Nouvelles d'Alsace, "une personne portant le même nom que le tueur présumé travaillait au bureau d'études de Francel SA (...) à l'époque même où les deux victimes alsaciennes y menaient un plan de restructuration".

S'agirait-il d'une vengeance ? Dans ce dossier, chaque victime a été impliquée dans un processus menant à une perte d'emploi pour Gabriel Fortin, à l'exception de Patricia P. "Rien n'établit en l'état qu'il connaissait" l'agente Pôle Emploi avant le meurtre, a précisé le procureur.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société social