Projet de loi pouvoir d’achat : "pas à la hauteur des enjeux", ce qu’ont voté vos députés du Centre-Val de Loire

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christine Launay .

Les députés ont voté dans la nuit du 26 au 27 juillet le deuxième volet du "paquet pouvoir d'achat". Le projet de loi de finances rectificative a été adopté en 1ère lecture à l'Assemblée nationale. 18 parlementaires de la région se sont prononcés pour, 2 ont voté contre et 3 se sont abstenus.

Les députés Renaissance et LR de la région ont fait bloc derrière le projet de loi d'urgence en faveur du pouvoir d'achat.  Le vote des parlementaires du Centre-Val de Loire reflète celui de l’hémicycle. La NUPES s’est prononcée contre alors que le Rassemblement National a choisi de s’abstenir. 


Les Républicains se sont ralliés à la coalition présidentielle après avoir obtenu l’inscription d’une série de mesures : le rachat des RTT par les entreprises ou encore la défiscalisation des heures supplémentaires. Le député d’Eure-et-Loir, à la tête du groupe LR de l’Assemblée, Olivier Marleix s’est notamment félicité de l’aide exceptionnelle de 230 millions d’euros pour soutenir les particuliers qui se chauffent au fioul.

"Pas à la hauteur des enjeux" pour la NUPES 

Les élus de Nupes se sont opposés au texte de loi  à la quasi unanimité (74/75).  En cause une série de griefs à l’encontre du projet de loi de finances rectificative

  • l’absence de mesures pérennes en faveur des ménages
  • le rejet d’une taxation des super profits
  • la non revalorisation des pensions de retraites au-delà des 5,1 %
  • la suppression de la redevance audiovisuelle.  


Favorables à la suppression de la redevance audiovisuelle, les 89 parlementaires du rassemblement national (RN) se sont pourtant abstenus de voter le projet de loi. Dénonçant le rejet de leur proposition d’abaisser le taux de TVA. 


Les sénateurs doivent encore voter le projet de loi qui doit aider les consommateurs à faire face à l'inflation et à la hausse des prix de l'énergie. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité