• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Prolifération de cyanobactéries en Centre-Val de Loire : un chien est mort après avoir bu dans la Loire

Plusieurs chiens sont morts en France après s'être baignés ou avoir bu de l'eau de la Loire, du Cher et de la Vienne, probablement intoxiqués par des cyanobactéries. Les préfectures appellent à la prudence. / © max ppp - J.Dutac
Plusieurs chiens sont morts en France après s'être baignés ou avoir bu de l'eau de la Loire, du Cher et de la Vienne, probablement intoxiqués par des cyanobactéries. Les préfectures appellent à la prudence. / © max ppp - J.Dutac

Dans plusieurs départements de la région Centre-val de Loire, les autorités ont constaté une prolifération de cyanobactéries et appellent à la prudence. 

Par Fabienne Marcel

Un chien est décédé dimanche dernier à Vouvray, en Indre-et-Loire, après avoir bu dans la Loire. Il présentait tous les symptômes typiques d'une intoxication aux cyanobactéries rapportent nos confrères de France Bleu Touraine. Dans le Cher et le Loiret aussi, les préfectures ont noté une prolifération de cyanobactéries d'où leur appel à la vigilance. "Toute baignade, humaine, mais aussi animale, est formellement interdite dans la Loire", communique la préfecture d'Indre-et-Loire . Elle évoque des "raisons réelles de sécurité et de santé". 
 

Des toxines qui peuvent aussi provoquer des troubles de santé chez l'homme

Favorisées par le soleil et la sécheresse, les cynobactéries apparaissent à chaque épisode de fortes chaleurs. Egalement connues sous le nom d'algues bleues, les cynobactéries sont des micro-organismes de couleurs bleu-vert présentes dans le monde entier. Elles contaminent le plus souvent des eaux calmes et riches en nutriments (lacs, étangs, rivières...), durant l'été, explique l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Certaines cyanobactéries peuvent intoxiquer les humains, mais elles n'affectent pas toutes l'organisme de la même façon : certaines produisent des hépatotoxines, qui affectent le foie, d'autres des neurotoxines, qui touchent le système nerveux, ou encore des alcaloïdes toxiques, qui causent des symptômes gastro-intestinaux ou des maladies rénales... 

En fonction de la gravité de la prolifération, des recommandations sanitaires sont diffusées par l’ARS.
Les mesures sanitaires peuvent aller de l’appel à la vigilance, jusqu’à la fermeture temporaire du site, où la baignade et les activités nautiques sont, en général, possibles. Comme le rappelle Pascal Grossier, ingénieur génie sanitaire à l'ARS Centre-Val de Loire :

Il faut éviter de toucher et d'aller dans toutes ces zones où l'eau est dégradée. Il ne faut pas toucher les masses d'algues, les galets, les bâtons avec une présence d'algues dessus.

"C'est une vigilance qu'il faut avoir vis à vis des enfants. Pour les propiétaires de chiens, il faut tenir ses animaux en laisse et leur interdire d'aller se baigner."

Sur le même sujet

Le doublement du pont de Jargeau fait toujours débat

Les + Lus