• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Rassemblements contre l’antisémitisme en Centre-Val de Loire : pour la déléguée régionale du Crif, “cela ne suffit pas”

Emmanuel Macron le 19 février au cimetière de Quatzenheim, en Alsace, où des tombes juives ont été profanées / © Frederick FLORIN / AFP
Emmanuel Macron le 19 février au cimetière de Quatzenheim, en Alsace, où des tombes juives ont été profanées / © Frederick FLORIN / AFP

Des rassemblements contre l’antisémitisme sont prévus dans la soirée du mardi 19 février à Orléans, Blois, Tours ou encore Bourges. La déléguée régionale du Crif Eliane Klein souhaitent qu’ils soient ensuite suivis d’"actes forts".
 

Par Richard Duclos

Dans la région Centre-Val-de-Loire comme dans toute la France, des rassemblements contre l’antisémitisme sont organisés mardi 19 février, à l’appel de différents partis politiques.

A Orléans, le rendez-vous a été donné à 19h place de la République, avec un mot d’ordre, "ça suffit !". "Nous portons dans le débat public des orientations différentes, mais nous avons en commun la République", écrivent dans leur appel entre autres le Parti Socialiste Orléans et Loiret, le Parti communiste Loiret, EELV 45, En Marche Loiret, Les Républicains 45, le Parti radical de gauche, la France Insoumise. "Et jamais nous n’accepterons la banalisation de la haine. C’est pourquoi nous appelons l’ensemble des habitants du Loiret à se réunir à Orléans pour dire ensemble : NON, l’antisémitisme, ce n’est pas la France !"

A Orléans, aucun acte antisémite récent n’est à déplorer, rappelait sur France Bleu le rabbin Arié Engelberg, qui soulignait toutefois : "Mais certains en sortant de la synagogue rangent leur kippa par précaution. C'est dramatique d'avoir honte de porter la kippa en France en 2019".

Dans le Loir-et-Cher, un rassemblement est aussi prévu à Blois (place de la Résistance à 19h), où une trentaine de croix gammées ont été retrouvées sur les murs d’un immeuble en construction il y a quelques jours seulement.
 


D’autres rassemblements auront lieu à Bourges (au carrefour de Verdun à 19h), ou à Chartres (devant le monument Jean Moulin, esplanade de la Résistance).

A Montargis, c’est en fin de matinée qu’une centaine de personnes se sont réunies dans la cour de l’hôtel de ville.
 

 

"On prendra des actes", promet Macron


Eliane Klein, la déléguée régionale du CRIF, sera au rassemblement d’Orléans. Pour elle, alors que l’antisémitisme se répand,  ces manifestations ne doivent pas être "des réactions de façade", mais doivent être "suivies d’actes, et d’actes forts".
 

C’est très bien que le plus grand nombre de personnes soient invitées à ces rassemblements, mais cela ne suffit pas. La compassion ne mène pas à grand-chose, jusqu’à présent il a manqué beaucoup d’actes.


"Très souvent les Juifs se sont sentis seuls, et c’est insupportable", ajoute-t-elle.

Des actes, c’est ce qu’a promis Emmanuel Macron, en se rendant à Quatzenheim dans un cimetière alsacien où 96 tombes juives ont été profanées dans la nuit de lundi à mardi. "On prendra des actes, on prendra des lois et on punira", a déclaré le président.

En termes de loi en revanche, le chef de l’Etat s’est prononcé contre la pénalisation de l’antisionisme, une proposition controversée portée par des députés du groupe d’études sur l’antisémitisme. Celui-ci est présidé par Sylvain Maillard (LREM), et compte notamment parmi ses membres le député du Cher François Cormier Bouligeon.

 

Sur le même sujet

La colére des bénévoles face à la précarité

Les + Lus