Rentrée littéraire : 9 livres à lire en région Centre-Val de Loire

Une sélection subjective et variée. / © Christophe Chohin
Une sélection subjective et variée. / © Christophe Chohin

Littérature, gastronomie, découverte... La rentrée littéraire est éclectique et très riche dans la région Centre-Val de Loire. Nous avons sélectionné quelques ouvrages qui sortent du lot au milieu des près de 600 livres publiés en cette saison.

Par Christophe Chohin

Le plus perché : Une vie en l'air, de Philippe Vasset 


"C'est un long trait de béton, tendu à sept mètres au-dessus de la Beauce, entre les communes de Saran, Cercottes, Chevilly et Ruan." La première phrase du dernier roman du journaliste Philippe Vasset ne trompe pas : d'aérotrain il va être question. Dans une obsession quasi-métaphysique, l'auteur raconte sa passion pour la rampe de béton qu'il aime à parcourir de jour comme de nuit. Rêve ou réalité ? Le livre parle surtout d'une fascination pour un autre monde. Celui, futuriste, de la France pompidolienne dans laquelle l'aérotrain de Jean Bertin incarnait à merveille la possibilité d'un autre monde. Fascinant.
 

Éditions Fayard Récit, 192 pages, 18 euros

Le plus noir : Mes intimes étrangers, de Luc Duwig

Médecin urgentiste dans le sud de la France, Luc Duwig entretient avec la région une relation particulière. C'est à Montargis que ses grands-parents lorrains se sont réfugiés à l'approche des troupes allemandes en 1940. Et c'est dans le Loiret que son grand-père Jean-Ferdinand, cet intime étranger, a collaboré avec l'ennemi, jusqu'à participer à la tuerie de la ferme de By, le 10 juin 1944. Trente résistants y furent abattus par les nazis et les "collabos". Ce secret de famille, profondément enfoui, Luc Duwig choisit de l'affronter dans ce livre sombre qui cherche à comprendre ce grand-père. Un homme condamné à mort par contumace et dont les traces ont disparu en Argentine dans les années 50.

Éditions Carnets Nord, 200 pages, 16 euros

Le plus appétissant : Tourisme gourmand en Berry

Les éditions Sud-Ouest poursuivent leur balade gourmande dans les régions du terroir avec ce livre qui offre à quinze chefs de l'association des Tables gourmandes du Berry l'occasion de partager une recette. Lentilles vertes, escargots, poissons de la Brenne, fromages de chèvre... les produits sont sublimés dans trente recettes immortalisées par le photographe culinaire Claude Prigent, dans des lieux comme la cathédrale de Bourges, le château de Palluau ou encore le musée Saint-Roch à Issoudun.

Éditions Sud-Ouest, 130 pages, 20 euros

Le plus star system : La fin des idoles, de Nicolas Gaudemet


Le Tourangeau Nicolas Gaudemet choisit, dans son premier roman, de s'attaquer au miroir des illusions qu'est la télé-réalité. Son héroïne ressemble à ces jeunes femmes qui se livrent sans retenue mais avec calcul dans des émissions faites pour s'approprier leurs fragilités. Loana et Nabilla ont sans doute inspiré ce cadre de la Fnac, qui a grandi devant sa télévision. Il dresse un portrait de l'époque au vitriole et n'épargne rien à ses lecteurs. Drôle et désespéré, le livre renvoie à la folie médiatique de notre temps. Cette quête perpétuelle du nouveau follower ou du nouvel ami virtuel que Guy Debord avait prédit dans La Société du spectacle.

Éditions TohuBohu, 368 pages, 19 euros

Le plus Poilu : La moustache du Soldat inconnu, de Jérôme Prieur 

Des soldats bivouaquent sur des cercueils.
Des soldats bivouaquent sur des cercueils.

L'écrivain et réalisateur Jérôme Prieur promène avec lui une obsession vieille de dizaines d'années : l'image de soldats français bivouaquant pendant la Première Guerre mondiale sur les cercueils de leurs frères d'armes tombés au feu. Une image de 1915 qui l'a poussé à mener une enquête mais aussi à imaginer les vies de ces Poilus qui avaient tant banalisé la mort pour mieux survivre. Un travail fascinant qu'il a construit à partir de bribes faites de photographies, de films muets ou encore de lettres remises ici dans leur contexte glaçant. Jusqu'à retrouver ses origines, à Mer, dans le Loir-et-Cher.

Éditions du Seuil, 272 pages, 22 euros

Le plus documenté : Till Victory, lettres de soldats alliés, de Clément Horvath 


Passionné par la Deuxième Guerre mondiale, le Tourangeau Clément Horvath a documenté la correspondance de soldats alliés jusqu'aux derniers jours de la chute de Berlin dans Till Victory, lettres de soldats alliés. Un travail de fourmi, renforcé d'une iconographie riche et variée et d'un making-of tout en image réalisé par l'auteur lui-même. Démarré en 2015, le livre est né de la volonté de Clément Horvath de sauver la mémoire de ces anciens combattants après qu'il a constaté qu'avec leurs disparitions, leurs documents terminaient souvent dans les bennes des déménageurs. Un indispensable travail de mémoire.

Éditions Ouest-France, 376 pages, 32 euros

Le plus antique : Année 451, la victoire de l'occident, d'Alain Di Rocco

L'Orléanais Alain Di Rocco, passionné d'histoire, se penche dans son dernier ouvrage sur la défaite d'Attila lors de la Bataille des champs Catalauniques, zone incertaine située entre l'est du Loiret et l'ouest de la Champagne. En l'an 451, cette bataille a marqué un tournant de l'histoire de l'Occident et vu les armées d'une Rome déconfite défaire, avec des alliés de circonstance, les invincibles Huns d'Attila.

Éditions Beaurepaire, 139 pages, 19 euros

Le plus complet : 250 Lieux, Personnages, Moments, Collectif

Sorti au début de l'été, 250 Lieux, Personnages, Moments, ouvrage collectif sous la direction de Pierre Allorand, Jean Garrigues et Alexandre Borrell, se veut un livre gourmand sur ces richesses de la région Centre - Val-de-Loire. Entre le dictionnaire subjectif et la balade littéraire, l'épais recueil est d'une précision toute universitaire et en dit beaucoup sur ces noms qui appartiennent à l'imaginaire collectif. Une lecture à la fois ludique et instructive, à picorer comme des miscellanées.

Presses Universitaires François Rabelais, 472 pages, 19,90 euros

A vous de jouer : Journal de l'écrivain autoédité, Véronique Plouvier

Et si toutes ces lectures vous ont donné envie de dégainer votre plume, Véronique Plouvier publie, aux éditions... Véronique Plouvier, Journal de l'écrivain autoédité. Un mode d'emploi didactique pour se lancer dans l'aventure, sorte de carnet de route qui évite les oublis et les mauvais choix. un journal de bord indispensable aux écrivains en devenir.

Éditions Véronique Plouvier, 243 pages, 14,99 euros

Sur le même sujet

Soirée d'Halloween gâchée à Joué-les-Tours

Les + Lus