Touraine : présentation de la voiture électrique vintage de luxe « La Dinghy »

Christophe Bouchet présente sa "Dinghy" / © Christophe Bouchet
Christophe Bouchet présente sa "Dinghy" / © Christophe Bouchet

Passionné de vieilles voitures, le tourangeau Christophe Bouchet travaille depuis 3 ans à l’élaboration d’un véhicule électrique aux lignes anciennes, ce sera la « Dinghy ». La voiture a connu un vif succès au salon « Retromobile » de Paris pour sa première présentation publique.

Par Nathanaël Lemaire / A.Lps

Vintage électrique
 

Connu pour ses fonctions d'élu à la ville de Tours et d’ancien patron de l’OM, Christophe Bouchet s'est associé à trois copains : deux ingénieurs et un directeur financier d’entreprise pour créer un prototype. 

La voiture a un aspect design ancien qui séduit les amoureux de vieilles voitures et une motorisation électrique.

À destination d’une clientèle haut de gamme, ce véhicule reprend le look vintage des vieilles automobiles très à la mode actuellement. Contrairement à l'ancienne mécanique polluante et pétaradante, la motorisation électrique assure une grande fiabilité d’emploi, même occasionnel, avec une conduite écologique.

Fiche technique :

Quadricycle à moteur de moins de 560 kilos
Chaîne de propulsion électrique
Rechargement sur prise secteur ou toit avec panneau solaire souple
Autonomie 100 km vitesse max 100 km/h
Prix de vente envisagé 30.000 euros

Des sièges made in Touraine


Comme pour les voitures de course de l’immédiat après-guerre, « la Dinghy » est dotée de sièges en rotin. Les deux sièges et la banquette arrière sont fabriqués avec cette technique en voie de disparition du rotin tressé sur tube métallique. Un procédé qui assure une excellente résistance pour un faible poids (problème majeur du véhicule électrique). 

Les seuls vanniers capables aujourd’hui de reproduire cette méthode de mobilier de voiture sont à Villaines-les-Rochers (37). 
Siège en rotin pour voiture électrique vintage fabriqué à Villaines-les-Rochers (37) / © Christophe Romand
Catherine et Christophe Romand sont les seuls à avoir répondu à cette surprenante demande de sièges auto.

Lui, meilleur ouvrier de France, elle, artiste rompue à la production de pièce unique en rotin, ont passé une semaine pour réaliser les 3 sièges du prototype. Si la voiture connaît un développement, ils sont prêts à suivre la production de sièges en rotin en formant d’autres vanniers à cette technique.

Carrosserie 3D


Après ce salon rétromobile et quelques mises au point technique, la Dinghy sera présentée au printemps à la presse spécialisée avant une levée de fonds destinée à financer une chaîne d’assemblage avec une imprimante 3D. 

Le choix d’implantation de cette ligne de fabrication n’est pas encore arrêté. 

La Dinghy ne sera pas commercialisée avant le deuxième semestre 2018.

 

Sur le même sujet

Les + Lus