• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

A Tours, une charte pour lutter contre le syndrome des bébés secoués

La charte a été signée au Palais de justice de Tours / © Benoît Bruère
La charte a été signée au Palais de justice de Tours / © Benoît Bruère

Le parquet du tribunal de grande instance de Tours a constaté une augmentation du "syndrome du bébé secoué". Pour lutter contre ce phénomène, une charte de prévention a été lancée et signée ce lundi 5 décembre après-midi, à Tours.

Par Benoît Bruère / Flora Battesti

C'est une première en France. Initiée par la substitut du procureur de Tours, Cecile Ancelin, la charte de prévention du syndrome des bébés secoués a été lancée et signée à Tours, lundi 5 décembre. L'ensemble des professionnels de la sécurité publique et de la santé se sont engagés à la signer pour faire de la prévention au quotidien au près des jeunes parents.

Car le constat est particulièrement préoccupant : les professionnels de la santé ont recensé depuis quelques mois une hausse du nombre de nourrissons secoués parce que les parents n'ont pas réussi à se contrôler. Il n'y a pas de chiffre officiel mais selon des estimations récentes, il y aurait en France environ deux cents cas chaque année d'enfants mal traités dans ces conditions.

Une douzaine recensée rien que pour le département de l'Indre et Loire où sont réalisés, certes, de nombreux examens régionaux au sein de l'Institut Médico Légal du CHU de Tours. Plus choquant encore, le détails des statistiques : 10% des nourrissons secoués meurent, 50% deviennent handicapés à vie. Ce geste volontaire d'avant en arrière, infligé au nourrisson, fait partie de l'infraction de violences volontaires commises sur mineur de moins de 15 ans. Les faits peuvent être qualifiés de délits, voire de crime, en fonction des séquelles subies.

Philippe Geluck, le dessinateur belge, soutient l'initiative tourangelle / © BB
Philippe Geluck, le dessinateur belge, soutient l'initiative tourangelle / © BB


C'est donc à partir de ce constat que Cécile Ancelin, substitut du procureur de Tours, a contacté les différents services de l'Etat et de santé publique. Epaulé par Pauline Saint-Martin, Professeur et Chef du service de l'Institut Médico Légal, elles a sensibilisé les fonctionnaires, les médecins, les infirmières et les sages-femmes du public et du privé, confrontés à ce type de tragédie.

De là est née, une charte avec le détail des comportements à ne pas faire quand on est parent. Et pour appuyer ses démonstrations, Cécile Ancelin a utilisé des poupons de la société Corolle, société dont le siège est basé à Langeais en Indre-et-Loire. A l'issue de la signature, une distribution a été faite pour que dans les différents services, les personnes sensibilisées puissent montrer les comportements à risques à l'aide des poupées.

Les gendarmes sont repartis avec leurs poupées / © Benoît Bruère
Les gendarmes sont repartis avec leurs poupées / © Benoît Bruère

Cécile Ancelin substitut du procureur de Tours, avec Marie-Noëlle Neveu, cadre sage-femme au Pôle santé Léonard de Vinci à Chambray-lès-Tours / © Benoît Bruère
Cécile Ancelin substitut du procureur de Tours, avec Marie-Noëlle Neveu, cadre sage-femme au Pôle santé Léonard de Vinci à Chambray-lès-Tours / © Benoît Bruère
Retrouvez le direct de Cécile Ancelin, substitut au parquet de Tours, qui a porté le projet :

► Retrouvez la charte complète au format PDF :

 

Les signataires de la charte

- Le Conseil départemental
- Le Parquet du Tribunal de grande instance de Tours
- L'Institut médico légal du CHU de Tours
- Le Centre Olympe de Gouges, maternité du CHU de TOURS
Centre Olympe de Gouges
- Le Pôle Santé Léonard de Vinci
- La maternité du Centre Hospitalier du Chinonais
- L'association des Pédiatres de Ville de Touraine
- L'association Sages Femmes Libérales 37 

Sur le même sujet

L'accordéoniste de Pierre Perret vous joue une chanson

Les + Lus