Travail : se reconvertir et créer une start-up

Le Lab'O
Le Lab'O

L'écosystème des start-ups, soit des jeunes pousses françaises est en plein développement. Le nombre de création de ces nouvelles entreprises a augmenté de 30 % entre 2012 et 2015. En Centre-Val de Loire, il est aujourd'hui générateur d'emploi et de reconversion

Par Elsa Cadier

Julien NGuyen, fondateur de Invite1chef.com / © Invite1chef.com
Julien NGuyen, fondateur de Invite1chef.com / © Invite1chef.com

Julien Nguyen : de la communication à la cuisine via une start-up

Julien Nguyen a commencé sa carrière dans la communication multimédia après avoir cherché sa voie pendant quelques temps. Avant cela, il a été graphistes pour de petites agences. Il a même été auto-entrepreneur dans ce domaine. Mais l'appel de la cuisine a été le plus fort. Devenir chef, il y pensait depuis le collège et c'est après un passage dans une émission télévisée culinaire qu'il se lance dans la création de la start-up Invite1chef.com, avec comme unique formation, quelques stages dans des restaurants et beaucoup de temps passé à travailler. 

Succes story de reconversion

Invite1chef.com né en novembre 2012 et s'installe au Lab'O, l'incubateur de start-ups d'Orléans Agglo. Au départ Julien Nguyen, aidé de sa compagne Selda, est tout seul. Aujourd'hui, Invite1chef.com compte dix salariés, trois stagiaire, 2.000 chefs inscrits et 200 qui ne travaillent que grâce au site. 

www.invite1chef.com

Qu'elle formation pour créer sa start-up ?

Il n'existe pas vraiment de formation pour monter sa start-up sinon celle classique proposée par la Chambre de Commerce et d'Industrie de chaque département pour créer son entreprise. En revanche, il existe ce qu'on appelle les "start-up week-end", soit 54 heures pour découvrir le monde de l’entrepreneuriat en accéléré. Du concept exposé le vendredi soir au pitch final le dimanche après-midi, chaque candidat doit passer par toutes les étapes qu’ont connues les plus grandes startups : former une équipe, faire valider son business model, développer son produit, tester le marché, etc…

La French Tech Valley, créatrice d'emplois

La French Tech est d’une part, une initiative nationale qui ambitionne de «construire un grand mouvement de mobilisation collective pour la croissance et le rayonnement des startups numériques françaises», et d’autre part un label délivré aux métropoles. Il récompense les territoires reconnus pour le dynamisme de leur vivier numérique. Entrepreneurs, designers, investisseurs, étudiants, acteurs publics et privés, citoyens : elle fédère l’ensemble des acteurs du territoire.

Les incubateurs de start-ups dans la région, l'avenir de l'économie locale et de l'inovation ? 

Tours et Orléans ont choisi de se rassembler sous un étendard unique, celui de la French Tech Valley. Ils ont été rescemment rejoints par Blois (Loir-et-Cher). Cinq cents entreprises font vivre le secteur numérique en Touraine, soit 6 500 emplois, selon une étude de l'Observatoire économique de Touraine. 75 % ont moins de 5 salariés.

Le Lab'O à Orléans dans le Loiret
Inauguré le 11 juin 2016 sur le site de l’ancienne usine FAMAR, le Lab’O s’affiche sur Orléans comme le lieu totem de la French tech Loire Valley. Chaque mois, de nouvelles startups investissent ce lieu éco-collaboratif. le tremplin incontournable attendus par tous les acteurs locaux de la French Tech. le LAB'O héberge aujourd'hui 34 organismes et plus de 220 personnes travaillant ou se formant sur site

•Le MAME à Tours en Indre-et-Loire
Appelé lieu-totem et classé à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques, ce bâtiment de 14 500 m² a fait l’objet d’une réhabilitation très qualitative sous la houlette de l’architecte Franklin Azzi. Il accueille depuis la rentrée 2015 l’École Supérieure des Beaux-arts de Tours. Une quarantaine de startups et d’entreprises sont d’ores et déjà installées dans ce lieu d’exception. De grands groupes nationaux y ont également installé un bureau. A terme, « Mame » réunira une centaine d’entreprises.
Le Mame et le Lab'O inaugurés le 10 juin 2016
Deux incubateurs de start-up ouvrent leurs portes le 10 juin pour marquer l'entrée des deux grandes villes de la région dans l'ère de la French Tech Loire Valley. - F3 - F.Leroy


•Les agglomérations d’Orléans et de Tours, ainsi que la région Centre-Val de Loire ont débloqué en 2017, 2 millions d’euros chacune pour, auxquels s’ajoutent un million du Feder (Union européenne) et 13 millions de contributeurs privés pour aider les start-ups. 

•La French Tech Valley a été rejoint par l'INSA (Institut national des sciences appliquées Centre Val de Loire) à Blois dans le Loir-et-Cher qui a organisé un Start-up weekend ( comment créer une entreprise en 54 heures) en mars 2017

Les objectifs des incubateurs de start-ups de la région

La FrenchTech LoireValley se fixe comme objectifs à terme :
•La création de + de 6000 emplois,
•La venue de + de 40 000 touristes d’affaire par ans,
•Plus de 500 validations d’innovations par partenariats publics-privés-citoyens, la multiplication des levées de fonds, la mise en place de financements alternatifs, la création de 4 accélérateurs.

La French Tech Loire Valley

Les objectifs
- Ressourcer l’économie « traditionnelle »
- Permettre aux startups du numérique d’émerger au plan international
Les chiffres :
- 2 incubateurs de startups de 14 000 m² chacun : LAB’O et MAME
- Un vivier numérique de 3 400 entreprises, PME innovantes et entreprises
internationales
- 6 domaines d’excellence : agroenvironnement, tourisme, objets connectés,
biomédicaments, innovation sociale, logistique, e-commerce
- 300 événements annuels autour du numérique.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Florian Truchot, vise le plus haut niveau international en natation

Près de chez vous

Les + Lus