Un parcours de 100 kilomètres pour les bénévoles en maison d'accueil, dans les hôpitaux de Tours et Orléans

Le défi a été imaginé par une maman accueillie, en 2018 et 2019, à la Maison des parents de Tours (hôpital Clocheville). Il s'agit de parcourir au moins 100 kilomètres au mois de mai et reverser 10 centimes d'euro par kilomètre à cette structure, ainsi qu'à la Maison d'accueil MÔME d'Orléans.

L'affiche du #LEDEFIDES100
L'affiche du #LEDEFIDES100 © Le défi des 100

Mère orléanaise de deux petites filles, Sonya a découvert la Maison des parents de Tours dans des circonstances douloureuses. Sa fille Georgia, alors âgée de deux mois, a été hospitalisée à Clocheville en 2018 dans un état critique, avec un pronostic vital engagé. Des soignants la dirigent vers la Maison des Parents :

"Assise sur une chaise, je commence à pleurer (...). Une femme m'aperçoit, vient à ma rencontre me demander ce dont j'ai besoin.Je lui explique rapidement ma situation, elle saisit ma main et me dit : retournez auprès de votre fille, votre mari et vous aurez un repas chaud et une chambre où dormir ce soir, ne vous inquiétez pas."

Le Défi des 100 exliqué par Norah

Après quelques jours, l'état de Georgia, qui souffre d'un grave problème cardiaque, s'est heureusement amélioré. Mais Sonya n'a pas oublié la gentillesse et la disponibilité des bénévoles de la Maison des parents, tellement précieuses en ces moments si difficiles.

"Je souhaitais mettre en valeur le rôle de ces bénévoles, et du bénévolat d'une façon générale, qui porte des valeurs tellement belles, la générosité, la bienveillance, la solidarité. Je me creusais la cervelle depuis plus de deux ans pour trouver comment les aider."

Gagner un lundi de repos ou un mois sans vaisselle

L'idée lui est venue à la fin du mois d'avril : le défi des 100 kilomètres (à peu près la distance, à vol d'oiseau, entre les deux maisons d'accueil). A pied, à cheval, à vélo ou à trotinette, peu importe, il s'agit de parcourir la plus longue distance possible au mois de mai et reverser 10 centimes d'euro par kilomètre, dans une cagnotte qui sera partagée entre les deux établissements.

"Ce défi est très simple, explique Sonya. L'idée est de montrer aux gens qu'ils font facilement plus de 100 kilomètres, sans même s'en apercevoir. Et les pousser à se bouger un peu, sortir de chez eux dans le climat anxiogène actuel. Ce qui compte, c'est de s'amuser à relever le nombre de kilomètres parcourus en famille, entre amis ou entre collègues. Le principe est d'effectuer au moins 100 kilomètres, pour reverser 10 euros aux associations à la fin du mois."

Difficile d'estimer le nombre de participants qui ont suivi Sonya dans cette aventure, puisqu'il n'est pas nécessaire de s'inscrire. Mais elle est parvenue à décrocher le soutien de plusieurs entreprises ou clubs sportifs.

Plein d'initiatives sympas se sont mises en place. Dans une entreprise, le patron offre un lundi de repos en juin au salarié qui aura fait le plus de kilomètres. Dans une famille, c'est un mois sans vaisselle pour le vainqueur...

Sonya, organisatrice du défi des 100 kilomètres

"On ne pourra savoir que le 10 juin, date de clôture de la cagnotte, le nombre de gens qui ont participé. Mais peu importe le montant, il s'agit d'abord de mettre en avant le travail de ces bénévoles. Les gens pensent souvent que ce sont des employés, mais ce n'est pas le cas. Ce sont des personnes qui s'engagent dans des associations où ils savent qu'ils auront des cas compliqués, et rentrent souvent chez eux avec un bagage lourd à porter."

Le défi est expliqué sur la page facebook créée pour l'occasion, et une cagnotte a été ouverte sur le site helloasso pour récolter les dons.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vie associative société sport