Blois : les deux jeunes interpellés après les incendies mis en examen

Les deux jeunes blésois qui ont été interpellés ce week-end dans la ZUP de la ville, ont été mis en examen lundi pour destruction par incendie et tentative de destruction par incendie. Ils ont été placés sous mandat de dépôt.

Deux jeunes surpris par la police alors qu'ils remplissaient des canettes avec de l'essence

Les deux jeunes blésois avaient été surpris dans la nuit de samedi à dimanche en train de remplir des canettes avec de l'essence provenant d'un bidon. Ils ont reconnu avoir voulu incendier deux caravanes vides mais ont nié avoir mis le feu à des voitures et un conteneur à ordures. Ils ont expliqué leurs actes par le fait qu'ils avaient bu après avoir appris le décès samedi, dans deux accidents de la circulation différents, de deux de leurs amis. L'un des jeunes mis en examen ce lundi a huit condamnations à son actif, sur son casier judiciaire mais l'autre était inconnu de la justice.

Pas de lien direct, selon leurs avocats, avec les violences urbaines blésoises de la fin octobre

Leurs avocats ont indiqué que les jeunes mis en examen n'avaient rien à voir avec les violences urbaines qui se sont succédées à Blois depuis le 30 octobre, date à laquelle un jeune a perdu un oeil suite à un tir flashball. 

Le jeudi 30 octobre, trois policiers, venus mettre un terme à un rodéo à moto, avaient été pris à partie dans la ZUP par un groupe de jeunes. La situation avait tourné à l'affrontement avec pour bilan plusieurs blessés dans les deux camps, dont sept policiers et un jeune de 20 ans, qui a perdu un oeil suite à un tir de balles en caoutchouc. Quelque 200 personnes ont défilé dans le calme samedi après-midi à Blois en soutien à ce jeune-homme.