La droite en ordre dispersé à Bastia pour 2014

(Archives) Municipales 2014 : Jean Louis Milani officialise sa candidature à Bastia / © FTViaStella
(Archives) Municipales 2014 : Jean Louis Milani officialise sa candidature à Bastia / © FTViaStella

Les élections municipales n’auront lieu qu’en mars 2014, mais à Bastia les candidats se positionnent déjà. A droite, ils sont deux pour un seul fauteuil ! Jean-Louis Milani et Sylvain Fanti veulent rassembler sur leur nom la famille libérale.

Par Sebastien Tieri

Jean-Louis Milani se déclarait au lendemain du 2e tour des élections législatives de Bastia qui ont vu la réélection du sortant UMP Sauveur Gandolfi-Scheit. Il avait été son suppléant lors de son premier mandat décroché en 2007. Il a été aussi conseiller municipal de Bastia jusqu’en 2008 et est surtout conseiller général du 1er canton de la ville, celui du marché.
Un CV qui selon ce divers droite lui confère toute la légitimité nécessaire pour porter la liste d’union libérale aux prochaines municipales. Il affirme être le seul à pouvoir réunir sur son nom un maximum de suffrages pour l’emporter au second tour.
Un autre enfant de la famille libérale pense la même chose… de lui-même ! Sylvain Fanti est moins connu que son "rival". Il ne s’est illustré sur la scène électorale que lors d’un seul scrutin. C’était l'élection cantonale de 2008 où il avait réuni au 1er tour 15% des voix, un bon score dans un canton de Toga-Cardo où le sortant Henri Zuccarelli règne en maître avec le PRG.
Sylvain Fanti a depuis rejoint "Une Nouvelle Corse" la formation politique créée par Jean-Martin Mondoloni mais entend rassembler la droite, toute la droite et même au-delà pour les prochaines municipales de Bastia. Mais l’expérience de son aîné semble déjà lui avoir joué des tours. Le suppléant du député et d’autres figures de droite sont les soutiens déjà annoncés de Jean-Louis Milani qui pourrait bien être adoubé de manière quasi unanime pour être tête de liste. Dans ce cas Sylvain Fanti pourrait bien partir tout seul... avec ses colistiers. L'UMP choisira son poulain, à moins que les deux candidats ne refusent l'investiture qui semble être plus un poids qu'une plus-value, vu l'état du parti en ville et au niveau régional.
Bastia, division à droite
Jean Louis Milani et Sylvain Fanti livrent leur opinion

L'union comme seul horizon

Mais la famille libérale sait bien que la partie ne sera pas facile et qu’elle devra se présenter unie dès le 1er tour pour espérer jouer un rôle majeur ou l’emporter. La droite n’incarne plus depuis longtemps l’opposition à Bastia, après Pierre Chiarelli et sa liste d'ouverture, ce sont depuis 2008 les nationalistes de Gilles Simeoni qui en sont la seule voix.

L'unique siège raflé par Jean-Louis Albertini arrivé 4e avec 11.57% des voix au 1er tour de la municipales de 2008 n’aura pas été usé. Le tête de liste n’a jamais siégé au conseil municipal depuis son élection.

Divisions à gauche, usure du pouvoir après 44 ans à la tête de la mairie pour la famille Zuccarelli : ce sont les meilleurs atouts dans la manche de l’opposition - de droite ou nationaliste - qui aura tout de même un obstacle de poids à franchir. Il faudra parvenir à réunir toutes les forces d’opposition aux intérêts et aux positions souvent radicalement opposées pour espérer un changement... Réponse dans 16 mois !

Sur le même sujet

Les + Lus