François Tatti officialise sa candidature à l'investiture PRG pour mener la liste à la municipale de Bastia

© Images site de François Tatti
© Images site de François Tatti

Au cours du dernier comité directeur du Parti Radical de Gauche ce jeudi à Bastia, François Tatti a officiellement fait acte de candidature à l'investiture pour les prochaines municipales de Bastia. De son côté le PRG met les choses au point habilement... 

Par Sebastien Tieri

François Tatti garde son cap fixé sur la mairie de Bastia

Ce jeudi 28 février au cours du comité directeur du  Parti Radical de Gauche de Haute-Corse il a officialisé sa candidature pour obtenir l’investiture de son parti, le PRG, afin de mener la liste aux prochaines municipales de Bastia.

François Tatti a divulgué l’information via les réseaux sociaux et sur son blog « Pour Bastia, par passion » mais n’a fait aucun commentaire supplémentaire à notre rédaction qui a tenté de le joindre ce vendredi.

Déclaré depuis 2 ans

Il y a 2 ans presque jour pour jour l’adjoint au maire de Bastia, le plus fidèle conseiller d’Emile Zuccarelli, annonçait dans l’émission Cunstrastu sur France 3 Corse sa volonté d’être candidat pour mener la liste aux municipales de 2014 (émission Cuntrastu du 27 février 2011).

Plus tard il s’expliquera en précisant que le maire actuel s’était engagé à lui « céder sa place » et n’avait pas tenu parole.

Mais comme en politique les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent, depuis de l’eau a coulé sous les ponts et si passage de témoin il y a au sein de la famille PRG, il se fera entre le père et le fils plutôt qu’entre le père et le fils spirituel.

Jean Zuccarelli, désormais conseiller exécutif à l'Assemblée de Corse et adjoint au maire de Bastia, se verrait bien lui aussi aux commandes de la maison communale malgré sa défaite aux dernières législatives.

Un sondage dont le commanditaire est resté secret a d’ailleurs été effectué ces derniers jours à Bastia pour connaître la popularité et les chances de réussite des Zuccarelli père et fils dans diverses hypothèses électorales.

Les primaires citoyennes au placard ?

En entrant dans le jeu de l’investiture du parti François Tatti prend le contre-pied de l’idée de primaires citoyennes à gauche qu’il avait lui-même défendue avec force - sans trouver trop d’échos - pour en finir avec la loi des partis.

Au PRG beaucoup trouvent sa démarche un peu trop précoce. "Il oublie un peu qu’il y a toujours un maire en place et qu'il n’a pas fait part de ses intentions" confie un membre du parti.

S'en remettre aux dirigeants du PRG pour trancher pourrait ressembler à une manière de rentrer dans le rang. On peut imaginer sans mal vers qui pencherait la balance en cas de choix à faire entre Jean ou Emile Zuccarelli et François Tatti au sein du PRG. 

Pour ceux qui en douteraient il suffit de lire le communiqué (voir encadré) du président du PRG de Haute-Corse. Alex Alessandrini souligne habilement qu'il "note donc que François Tatti, excluant désormais toute notion de primaire, se place ainsi dans une démarche démocratique au sein du PRG. J'en conclue donc qu'il en respectera le moment venu les décisions quelles qu'elles soient". On serait presque tenté de dire que le piège se referme déjà...
Emile Zuccarelli – malgré ce qu’il avait affirmé en 2008 – pourrait repartir pour briguer un nouveau mandat. Peut-être la solution pensent certains pour justement faire rentrer tout le monde dans le rang. Contraindre les socialistes à jouer le jeu et soutenir le sortant comme le veulent les accords d’union de la gauche en vigueur depuis 1968 à Bastia.

Et justement au cours de ce fameux comité directeur vendredi, le Parti Radical de Gauche de Haute-Corse a voté une délibération visant à rencontrer les autres partenaires de gauche pour favoriser l’union. Délibération votée à l’unanimité, Francois Tatti compris…

Pas de conclave à l'horizon, le pape veille toujours sur Bastia selon le PRG !

Dans un communiqué teinté d'ironie, le président du Parti Radical de Gauche de Haute-Corse, Alex Alessandrini rassure et prend acte : 

"Au contraire de ce qui se passe à Rome, où les cardinaux se réunissent en conclave pour désigner un successeur au pape démissionnaire, il n’en est pas de même au PRG pour ce qui concerne la situation à Bastia.
Le maire n’y est pas démissionnaire et le poste n’est donc pas vacant.
S’il venait à l’être, un jour ou l’autre, une année ou une autre, l’Assemblée générale de notre parti proposerait, en son sein, un successeur aux bastiais.
Ce n’est que dans ce cas qu’un appel à candidature serait lancé" (...) 
"Je note donc que François Tatti, excluant désormais toute notion de primaire, se place ainsi dans une démarche démocratique au sein du PRG. J'en conclue donc qu'il en respectera le moment venu les décisions quelles qu'elles soient." 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus