La faiblesse du vent a scotché le défi d'Yvan Bourgnon

Le défi contraint à l'abandon faute de vent sur la côte est de la Corse / © CREDIT AFP PHOTO / SK COMMUNICATION / CHRISTOPHE LAUNAY -
Le défi contraint à l'abandon faute de vent sur la côte est de la Corse / © CREDIT AFP PHOTO / SK COMMUNICATION / CHRISTOPHE LAUNAY -

Le skipper suisse et son co-équipier français Joris Cocaud, partis d'Ajaccio samedi, ont été contraints à l'abandon ce dimanche 14 avril, faute de vent, après  avoir parcouru plus de 158 milles nautiques. Sur la côte Est de la Corse, l'absence de vent avait considérablement ralenti le défi.

Par Jean Crozier

Pour sa deuxième tentative,  le skipper Yvan Bourgnon avait choisi le passage à l'ouest: le catamaran Atlantis Télévision est parti en direction du nord vers le Cap Corse pour redescendre ensuite vers Bonifacio.


250 milles en moins de 24 heures

Contraints à l'abandon le 5 avril dernier  après 13 heures 37 de course à la vitesse de 10,4 kts, le skipper suisse Yvan Bourgnon et  le jeune Français Joris Cocaud tentent à nouveau le tour de la Corse en moins de 24 heures.

A bord de son Nacra F20 -"un engin de plage" sourit-il-, en duo avec le jeune Français Joris Cocaud, 22 ans, le vétéran suisse de 41 ans veut passer sous la barrière des 30 heures. Et battre le temps de 30 h 15 min 18 sec établi en octobre 2011 par le Spirit of Malouen VI, un monocoque de 16 m dompté par une douzaine de marins.


La feuille de route d'un week-end musclé

Premiers objectifs : "naviguer vers le nord dans 25-35 noeuds de vent au portant jusqu'au Cap Corse puis négocier les calmes de la côte est la nuit avec des vents variables faibles".
"Le dimanche matin une petite brise d'Est devrait nous faire passer Bonifacio. Nous comptons sur les vents thermiques du dimanche pour terminer le parcours et arriver dans l'après midi sur Ajaccio".
Mais les thermiques ne viendront pas au secours du skipper.

Après le Cap corse, le vent n'était plus au rendez-vous

Sur le côté Est, Eole n'aide pas le défi: le vent n'est pas du tout au rendez-vous. Yvan Bourgnon et Joris Cocaud progressent  lentement dans trois petits noeuds de vent. A 13 heures, ce dimanche 14 avril, ils sont scotchés à la hauteur de la marine de Bravone, commune de Linguizetta.

Les deux skippers expliquent: " Nous avions pas mal d'avance après le passage du Cap Corse, puis, dans la nuit , des petits vents faibles se sont installés, bien plus faibles que les prévisions, voire inexistants. Malgré la puissance du bateau, ils étaient bien trop faibles pour nous permettre d'avancer suffisamment et de rester collés aux temps de référence. "


Contraint à l'abandon 23 heures et 23 minutes après le départ


Après 23 heures 23 minutes de parcours, le défi Atlantis Télévision a parcouru 158,8 milles nautiques à une vitesse moyenne de 6,78 kts.
Yvan Bourgnon et  Joris Cocaud ont encore 89 Nm à parcourir. Le défi semble décidément leur résister. Yvan Bourgnon renonce. Faute de vent, il est contraint d'abandonner.

Yvan Bourgnon ne cachait pas sa déception: "Nous sommes très déçus car ce défi nous tenait vraiment à coeur. Nous sommes persuadés qu'il est toujours réalisable. Les performances réalisées sur les 300 milles parcourus sur les deux tentatives nous l'ont confirmé".

La déception est d'autant plus grande que le skipper a connu de très bonnes conditions de navigation sur la première partie du défi, entre les Îles Sanguinaires et le Cap Corse avec notamment plus de 3 heures d'avance sur le temps du record.

Suivi en ligne

Le défi du catamaran Atlantis Télévision pouvait être en live et en ligne sur le site officiel d'Yvan Bourgnon.
A consulter également, les messages intermittents fournis par la page d'Yvan Bourgnon sur le réseau social FB.



Les projets d'Yvan Bourgnon

Prochain objectif pour Yvan: le Championnat de France Intersérie de Carnac auquel il participera avec son catamaran Atlantis Télévision dans une quinzaine de jours.

Après la Corse, Yvan Bourgnon pourra aussi se tourner vers son prochain défi: un tour du monde avec escales, encore en duo, et toujours à bord d'un petit catamaran de 6 m.
Un pari fou jamais encore tenté.

A lire aussi

Sur le même sujet

Ajaccio : l’État annonce une nouvelle centrale thermique au gaz en 2023 

Les + Lus