• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Inscription de la Corse dans la Constitution : le sénateur Nicolas Alfonsi dénonce un “calcul électoral”

Lors d'une conférence de presse donnée ce lundi 7 octobre, le sénateur Nicolas Alfonsi (Parti Radical de Gauche) a souhaité s'exprimer sur le débat institutionnel. D'après lui, le vote des élus à l'Assemblée corse est très éloigné des préoccupations de la population. 

Par France 3 Corse ViaStella

Selon le rapport de la commission Chaubon que l'Assemblée de Corse a examiné le 26 septembre, et qui a motivé un vote quasi unanime des élus, la coofficialité serait grandement facilitée par une mention spécifique de la Corse dans la Constitution française. 

Deux semaines après le vote de l'Assemblée, Nicolas Alfonsi  a voulu réaffirmer son opposition à une réforme institutionnelle pour la Corse. Le sénateur de Corse-du-sud estime que des élus de droites et de gauche ont voté pour cette réforme afin de s'attirer la sympathie de l'électorat nationaliste, en vue des prochaines élections municipales. 

"On aboutit à des résultats surréalistes" a regretté le sénateur. Il s'étonne notamment du vote de la droite qui s'est toujours positionnée contre la cooficialité et le statut de résident. 

Nicolas Alfonsi ne les souhaite pas non plus. Des doutes qu'il a exprimés à François Hollande lors de la visite présidentielle du vendredi 4 octobre. "Je crois, comme le président, qu'il peut y avoir des améliorations apportées dans le domaine des compétences de la Collectivité territoriale, sans ébranler les dispositifs", a-t-il expliqué. 

DMCloud:113599
Nicolas Alfonsi s'oppose au débat institutionnel
Intervenants : Nicolas Alfonsi, sénateur de la Corse-du-Sud (Gauche); Pierre Chaubon, conseiller territorial du groupe Socialistes, démocrates et radicaux; Gilles Simeoni, conseiller territorial Femu a Corsica; Marie-Antoinette Santoni-Brunelli, conseillère territoriale Rassembler pour la Corse (Droite)


Paul Giacobbi et Pierre Chaubon vont être reçus demain à Paris par des représentants du gouvernement. Le Président de l'Exécutif et celui de la Commission qui a rédigé le rapport voté seront reçu par le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, et celle déléguée aux collectivités et à la décentralisation, Marylise Lebranchu. 



 















A lire aussi

Sur le même sujet

Fête de la musique : à Bastia, trois studios de répétitions mis à disposition de groupes amateurs

Les + Lus