• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

L'incertitude grandit sur l'avenir de la SNCM

La compagnie SNCM traverse une crise sans précédant (Illustration le Pascal Paoli à Bastia) / © S.LE GALLAIS
La compagnie SNCM traverse une crise sans précédant (Illustration le Pascal Paoli à Bastia) / © S.LE GALLAIS

A une semaine du préavis de grève à la SNCM fixé au 24 juin, jour de l'assemblée générale de la compagnie maritime, Transdev son principal actionnaire a organisé "un scénario dit raisonnable qui prévoit pour la SNCM de +cesser tout financement+" et sortir de la compagnie avant le 31 décembre.

Par Grégoire Bézie

C’est un nouveau coup dur pour la SNCM. Transdev a déposé ses comptes au tribunal de commerce de Nanterre, selon lemarin.fr, qui a révélé l'information.

Les comptes de Transdev décrivent noir sur blanc un scénario dit raisonnable qui prévoit pour la SNCM de "cesser tout financement" et d’"accompagner toute solution de discontinuité dans le cadre d’une procédure collective appropriée", précise l’hebdomadaire de l’économie maritime.

La saison d’été qui s’annonce catastrophique avec une baisse des réservations de 50%, selon lemarin.fr, devrait permettre à Transdev d’annoncer dès la rentrée qu’il n’y a pas d’autres choix que d'aller au tribunal et de sortir de la SNCM avant la fin de l’année.

L'incertitude grandit sur l'avenir de la SNCM
Elodie Grégo, agent d'accueil à la SNCM

Les négociations autour du préavis de grève du 24 juin déposé par la CGT et la CFE-CGC, syndicat des cadres de la SNCM, pourraient débuter mercredi ou jeudi. Les syndicats réclament toujours la commande de quatre nouveaux navires.

Le renouvellement de la flotte sera discuté vendredi lors du conseil de surveillance de la compagnie, présidé pour la dernière fois par Gérard Couturier. La lettre d'intention pour la commande de quatre nouveaux navires, dont deux fermes, au chantier STX de Saint-Nazaire expire le 30 juin.

Les syndicats dénoncent le silence du gouvernement qui s'est contenté, selon eux, de "quelques contacts informels" et n'a mis en place aucune réunion sérieuse de négociation.

A lire aussi

Sur le même sujet

Visite d'Edouard Philippe en Corse : retour sur la première journée en Haute-Corse

Les + Lus