Procès Hoareau – Raucourt : un ou deux auteurs ?

Le procès de Kevin Hoareau et Gillian Raucourt s'est ouvert lundi devant les assises de la Haute-Corse à Bastia. Les deux hommes sont poursuivis pour l’assassinat de Damien Gheraldi, 23 ans, en 2009. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

​En première instance, les deux accusés avaient été respectivement condamnés à 15 et 18 ans de réclusion criminelle. Tout l'enjeu du procès qui doit durer une semaine est de déterminer si ​Kevin Hoareau à bien agi seul, comme il l'affirme depuis le début de l'affaire.

  • 1ere journée 
La personnalité des deux accusés a été évoquée cet après-midi à l'audience.

Avant ça dans la matinée, comme en première instance, Kevin Hoareau s'est présenté ce mardi matin comme étant le seul auteur des faits contrairement à ce qu’il avait affirmé au cours de sa garde-à-vue. 

Les débats ont tourné autour du rôle précis de Gillian Raucourt. Ce dernier, claire, précis et très ferme dans ses déclarations a réaffirmé qu’il était totalement étranger aux faits. 

Gillian Raucourt : un jeune violent ? 

L'accusation et les parties civiles tentent dorénavant de trouver, dans le passé du jeune homme, des faits témoignant d’un tempérament violent pour étayer leur thèse.

Ils ont fait notamment état de la découverte chez celui-ci d’un exemplaire de Mein Kampf, et d’un tatouage portant le chiffre 88 en référence à la 8e lettre de l’alphabet pour évoquer Adolf Hitler. 

L'accusé affirme qu’il s’agit là d'une référence à une année marquante pour lui, avec notamment la naissance de son  frère. Plusieurs témoins sont venus affirmer à la barre qu'il ne l'avaient jamais entendu tenir des propos racistes ou xénophobes.

Qui, de Gillian Raucourt ou de Kévin Hoareau a tiré les six décharges de chevrotines qui ont fauché Damien Gheraldi, 23 ans, à Baleone, en 2009 ? C'est bien la question clé de ce procès d'appel. 

durée de la vidéo : 00h01mn51s
©INA

  • 2e journée
​Au centre des débats ce mercredi, la personnalité de Gillian Raucourt, l'un des deux accusés.

Présenté comme un jeune homme sans histoires, calme et travailleur par ses proches et ses employeurs, l'Accusation tente - sans y parvenir vraiment pour le moment - de le dépeindre comme un apprenti nazi qui se sentait investi d'une “mission de justicier”.

L'audience, terne, ne permet toujours pas de se faire une idée plus précise des faits qui ont mené à l'assassinat de DamienGheraldi, 23 ans, le 14 juin 2009.

  •  3e journée
Très attendue, la déposition du directeur d'enquête... Mercredi soir, les débats ont porté sur des écoutes téléphoniques entre les membres de la famille Raucourt, soupçonnés de s'être entendus avec des proches de Gillian Raucourt avant plusieurs entrevues avec le magistrat instructeur. Des assertions niées par les Rancourt.


  • 4ème journée

Peut-être un tournant au procès des deux hommes accusés du meurtre de Damien Gheraldi commis en juin 2009 à Ajaccio. La cour d'assises de la Haute-Corse a visionné jeudi la vidéo de la garde à vue de Kevin Hoareau. L'homme qui dit avoir agit seul avait mis en cause Gilian Raucourt. Mais cette mise en cause n'était pas tout à fait spontanée selon ses avocats. 

 

Me Eric Dupond Moretti, avocat de Gillian Raucourt; Me Doumé Ferrari, avocat de Kevin Hoareau; Compte-rendu Antoine Albertini, Philippe Villaret, Anne-Laure Louche

 

  • 5ème journée
L'émotion devant les Assises de la Haute-Corse. Depuis mardi, Kevin Hoareau et de Gilian Raucourt sont jugés en appel pour le meurtre de Damien Gheraldi tué en juin 2009 à Ajaccio. Ce cinquième jour d'audience a été marqué par le poignant témoignage de la mère de la victime. 

Compte-rendu Antoine Albertini, Philippe Villaret