Corse: la droite assoit son hégémonie au Sud et la gauche conserve le Nord

La droite corse a maintenu son hégémonie au sud de l'île, dimanche, au second tour des élections départementales, tandis que la gauche, très divisée, conserve le pouvoir départemental au nord. Retour en vidéo sur la soirée électorale de dimanche. 

Les élections dans les conseils départementaux de la Haute-Corse et de la Corse-du-Sud auront lieu jeudi
Les élections dans les conseils départementaux de la Haute-Corse et de la Corse-du-Sud auront lieu jeudi © FTVIASTELLA
La droite a gagné au second tour le dernier des onze cantons de Corse-du-Sud encore en jeu, à Ajaccio (4), où le binôme UMP Nathalie Ruggieri-Charly Voglimacci a étrillé avec 71,49% des voix celui du FN.

La droite l'a emporté dans neuf des onze cantons du département. Mais elle disposera en fait du pouvoir absolu au conseil départemental où les deux binômes DVG devraient voter pour la majorité, comme ils le faisaient jusqu'à présent.


La droite qui a gagné tous les scrutins depuis 2011, détient les deux sièges de députés, celui de sénateur et les mairies des principales villes.

La victoire du député UMP Laurent Marcangeli, en février à la municipale d'Ajaccio, avait scellé le naufrage de la gauche en Corse-du-Sud.

La question qui se pose désormais à la droite qui devrait partir renforcée aux élections territoriales de décembre prochain, est le choix du président du conseil départemental qui aura lieu jeudi.

Le candidat naturel à ce poste est le président sortant, le sénateur UMP Jean-Jacques Panunzi, élu le 22 mars. Mais le président de la fédération de Corse-du-Sud de l'UMP, l'élu territorial Marcel Francisci, également élu le 22 mars, a annoncé dimanche qu'il briguerait le poste. Des discussions vont se dérouler au sein des instances dirigeantes du parti d'ici jeudi, a indiqué Marcel Francisci.


Duels fratricides au Nord

En Haute-Corse, à laquelle revient la palme du civisme avec la plus forte participation de France (65,84%), la gauche a conservé la majorité départementale.

Les binômes de gauche l'ont emporté dans onze des quinze cantons. La gauche était en ballottage favorable dans la majorité des cantons de Haute-Corse, l'un des fiefs du Parti radical de gauche (PRG).


Retour sur le scrutin à Bastia par France3CorseViaStella
Au second tour, le président sortant du conseil départemental, François Orlandi (PRG) et sa colistière Sylvie Retali-Andreani (DVG) l'ont nettement emporté dans le canton du Cap corse face à un autre binôme de gauche.

Ils étaient soutenus par le président de la Collectivité territoriale, le député PRG Paul Giacobbi. Un "soutien" dénoncé par le perdant DVG de la soirée, Jean-Jacques Padovani. 


Départementales Corse - Réaction de Jean... par France3CorseViaStella
François Orlandi devrait sans surprise être réélu à la tête du département. La droite, qui l'avait emporté dans deux cantons au premier tour, en a gagné deux au second.

A neuf mois des élections territoriales, ce résultat conforte la position de Paul Giacobbi dont les proches l'ont emporté lors de plusieurs duels et en dépit de difficultés au sein de la majorité territoriale de gauche.

La Corse est la seule région de France où les conseillers départementaux ne sont élus que pour deux ans et demi au lieu de six puisque les deux départements doivent être réunis au sein d'une collectivité unique en 2018.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales