Cet article date de plus de 4 ans

Assises d'Aix : un nouveau témoin met hors de cause les frères Pantalacci

La cour d'assises des Bouches du Rhône a entendu mercredi 15 novembre un nouveau témoin qui a mis hors de cause les frères Pantalacci, accusés d'une tentative d'assassinat en 2011 à Ajaccio, tandis que Stefanu Manunta a confirmé les propos de sa soeur indiquant avoir reconnu l'un des agresseurs. 


Me Emmanuel Molina, avocat de la partie civile; Me Paul Sollacaro, avocat de la défense ©France 3 Corse ViaStella

La cour d'assises des Bouches-du-Rhône juge depuis le 10 novembre Marc et Dominique Pantalacci dans le cadre d'une tentative d’assassinat ayant visée Yves Manunta, un ex-dirigeant nationaliste corse à la tête d’une entreprise de sécurité, en novembre 2011 à Ajaccio.
 
Un nouveau témoin, mis en examen dans ce dossier avant de bénéficier d'un non-lieu, a mis mercredi hors de cause les frères Pantalacci. Entendu en visio-conférence par les jurés de la cour d'assises d'Aix en provence, Alain Lucchini, ancien nationaliste et aujourd'hui gérant d'entreprise, a expliqué que cette affaire n'était pas liée au jumeaux Pantalacci.

"Alain Lucchini explique qu'il y avait dans cette tentative d'autres pistes à explorer, une piste politique, une piste mafieuse, une piste plus crapuleuse et il confirme que ces pistes étaient sérieuses", a déclaré Me Paul Sollacaro, avocat de la défense. "Malheureusement, elles n'ont fait l'objet d'aucune investigation."

"J'ai vu deux hommes, j'en ai reconnu un, il est dans ce box", a indiqué mardi à la cour Carla Serena Manunta avant de se retourner vers Marc Pantalacci : "Tu le sais autant que moi". Des propos que son frère, Stéfanu Manunta a confirmé mercredi à la barre.  
 
Carla Serena Manunta, 15 ans, vit depuis la tentative d’assassinat sous protection policière. Elle a toujours indiqué avoir reconnu les frères Pantalacci, amis de son frère, pendant la fusillade qui a visé son père, sa mère et elle-même. 

durée de la vidéo: 01 min 04
Le témoignage de Carla Serena Manunta ©France 3 Corse ViaStella

Dans le box, les jumeaux Pantalacci nient avoir participé à cette tentative d'assassinat.

Un autre témoin entendu par la cour lundi, qui avait dans un premier temps affirmé avoir vu le visage d'un des membres du commando, n'a également pas reconnu les frères Pantalacci, devant les photos présentées par les enquêteurs.

Le 8 novembre 2011, Yves Manunta échappe à un guet-apens au volant de sa voiture. Présents à ses côtés, sa femme et sa fille de 10 ans sont également blessées. 43 impacts de balles de kalachnikov, fusil et pistolets sont relevés sur le véhicule. Yves Manunta sera tué 8 mois plus tard.

Selon l’accusation, les jumeaux Pantalacci étaient en conflit avec Yves Manunta, notamment au sujet des affaires de la Société méditerranéenne de sécurité (SMS).


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société assises banditisme faits divers criminalité