Calvi, Bonifacio, Sartène, Propriano : quatre incendies cette nuit en Corse, la piste criminelle privilégiée

Au moins quatre incendies ont été signalés cette nuit en Corse : au piano bar l'Eden Port à Calvi, au bar Le Festival à Propriano, au bar le B'52 à Bonifacio ainsi qu'aux dépôts Gedimat de Sartène et Propriano. La piste criminelle est privilégiée.

Les dégâts de l'incendie à l'Eden Port, Calvi.
Les dégâts de l'incendie à l'Eden Port, Calvi. © France 3

Le premier feu s'est déclaré aux alentours de minuit, à Sartène, en Corse-du-Sud. Une dizaine de sapeurs-pompiers ont été mobilisés sur plusieurs foyers au niveau des bâtiments de l'entreprise Gedimat, distributeur de matériaux de construction.

La gendarmerie est actuellement sur place pour établir les causes du sinistre.

Vers minuit 30, c'est à Propriano, au bar Le Festival, qu'ont été appelés les secours. L'incendie étant mal parti, les dégâts sont minimes.

Au même moment, le dépôt de l'entreprise Gedimat Mocchi à Propriano a également pris feu, sans gros dégâts. Le bâtiment a pu accueillir des clients ce mardi. 

Eden Port à Calvi

Deux heures plus tard, vers 3h33 du matin, un incendie a été signalé en Haute-Corse, au piano bar l'Eden Port, sur le port de Calvi. 

La terrasse de 150m2 a été entièrement détruite par les flammes. La fumée a traversé les portes coupe-feu et les 150m2 intérieurs ont été "bien noircis", rapporte le SDIS. 

Les vitres du 1er étage où se trouve un commerce ont éclaté mais les pompiers de Calvi sur place ont empêché la propagation à l'étage supérieur, celui des habitations dont celle d'une femme de 89 ans. Aucune victime n'est à déplorer, personne n'a été intoxiqué par les fumées. 

Une vingtaine de pompiers étaient sur place, munis d'une grande échelle et de trois lances en action. L'établissement est aujourd'hui hors-service.

La gendarmerie est sur place pour chercher les causes du sinistre. Des bouteilles de gaz ont été retrouvées sur les lieux. 

B'52 à Bonifacio

Enfin, vers 4h du matin, les pompiers de Corse-du-Sud sont intervenus pour un feu au bar le B'52 à Bonifacio. La terrasse de 200m2 et les façades ont été détruites par les flammes. 

L'incendie s'est ensuite propagé à l'établissement jouxtant le B'52, La Caravelle. 

La procureure d'Ajaccio, Carine Greff, affirme "avoir des éléments pour dire que c'est criminel".

Origine criminelle privilégiée 

A ce stade, aucun lien n'est établi entre les feux, nous confirme le procureur de Bastia Arnaud Viornery.

Pour la Haute-Corse, l'incendie est"très probablement" d'origine criminelle. Des enquêtes ont été ouvertes, l'une confiée à la section de recherche de Bastia pour "destruction volontaire par incendie", une autre à celle de Porto-Vecchio. 

Aucune revendication n'a été faite pour l'instant, aucun tag n'a été découvert.

De nombreuses réactions de la classe politique

Après voir condamné l'incendie de véhicules de la communauté des communes hier à Porpriano, Jean-Charles Orsucci a réagi à cette nuit d'incendies en Corse.

Le maire de Bonifacio et candidat LREM aux élections territoriales qualifie "ces méthodes d'une grande lâcheté".

Dans la foulée, la mairie de Bonifacio a fait paraître un communiqué pour apporter son soutien aux commerçants touchés par l'incendie "volontaire"

La chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) de la Corse a également fait paraître un communiqué pour soutenir les commerçants visés "au pire moment de la reprise d'activité et de l'arrivée de la saison"

De son côté, le Jean-Guy Talamoni a estimé que ces "actes d'origine criminelle" étaient à rapprocher "de la situation délétère que connaît la Corse depuis des années et à réprouver radicalement".

"Reliés ou pas, quelles qu’en soient les motivations, ces actes nourrissent une stratégie de tension et sont à proscrire et à condamner fermement", a déclaré le maire de Porto-Vecchio, Jean-Christophe Angelini. 

Des incendies qui, selon le député Jean-Félix Acquaviva, "relatent des logiques que la Corse refuse" : 

Le collectif "Maffia No a vita iè" dénoncent "des attentats"

"Les attentats s’intensifient sur l’ensemble du territoire et dans tous les secteurs", note le collectif anti-mafia "Maffia No a vita iè" dans un communiqué transmis ce mardi 8 juin. 

"Plus que jamais la lutte contre la dérive mafieuse est la priorité car rien ne pourra se construire sans se débarrasser des pressions de la voyoucratie", ajoute le collectif.

Mafia No a vita ié souligne le "seul fait positif en ce domaine, après trop de dénis et de silence" : la réponse de la majorité des têtes de listes candidates aux élections territoriales à leur questionnaire en ligne sur la mafia.

"L’essentiel de la classe politique insulaire vient de confirmer, de façon formelle, que la Corse était sous pression mafieuse".

Trois têtes de listes n'ont pas donné suite : Laurent Marcangeli, François Filoni et Jean-Antoine Giacomi. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers incendie enquêtes vos rendez-vous justice société