Coronavirus : pas de mesures restrictives mais une “attention toute particulière” à la Corse

ILLUSTRATION. L'inquiétude autour du Covid-19, souche du coronavirus, grandit en Corse. / © Karl-Josef Hildenbrand
ILLUSTRATION. L'inquiétude autour du Covid-19, souche du coronavirus, grandit en Corse. / © Karl-Josef Hildenbrand

Faut-il s'inquiéter de la propagation du Covid-19 chez nos voisins italiens ? Deux réunions ont été organisées ce lundi 24 février en préfecture. À cette heure, un cas "possible" est hospitalisé en Corse, au centre hospitaliser d'Ajaccio, indique l'Agence régionale de santé. 
 

Par Axelle Bouschon

Sept victimes et plus de 150 personnes malades détectées : alors que la contamination au Covid-19, souche du coronavirus, s'aggrave en Italie, et que l'Organisation mondiale de santé (OMS) évoque un risque de pandémie, deux réunions ont été organisées ce lundi 24 février en préfecture. Objectif pour le préfet de Corse Franck Robine : faire le point sur les risques liés à la bactérie, et rassurer la population.
 

À ce jour, un cas "possible" de Covid-19 est hospitalisé en Corse, au centre hospitaliser d'Ajaccio, a indiqué dans la soirée du 24 février l'Agence régionale de santé. Des prélèvements ont été effectués pour confirmer ou infirmer cette possibilité.
 

Si le territoire insulaire fait l'objet d'une attention particulière de la part du ministère de la Santé, compte tenu de sa proximité avec l'Italie, il n'est pour l'heure pas question pour autant d'interrompre les liaisons maritimes et aériennes.

"Au regard des modalités de transmission du coronavirus, et de son niveau de propagation actuel, il apparaît inadapté de procéder en l’état à une interruption des liaisons maritimes entre l’Italie et la Corse. En effet, une telle mesure ne saurait être efficace que si elle concerne l’ensemble des flux maritimes et aériens, non seulement avec l’Italie, mais également avec la France et les autres pays" estime Gilles Simeoni dans un communiqué faisant suite à la tenue de ces deux réunions.

"Plusieurs milliers de Corses ont passé leurs vacances à l’extérieur de l’île et sont d’ores et déjà rentrés en Corse, poursuit le président du Conseil exécutif. Un nombre équivalent va rentrer de vacances : interrompre les liaisons maritimes et aériennes conduirait à les mettre corrélativement en quarantaine pendant quinze jours, durée de la période d’incubation."
  

Pas de contrôles de températures


Effectuer des contrôles systématiques des passagers en provenance d'Italie est également exclu : "S’agissant des contrôles comme par exemple la température, il n’y a pas de stratégies sanitaires qui les mettent en place, pas plus en Corse qu'à Roissy, tout simplement parce que la seule mesure efficace c’est de repérer la personne qui présente des symptômes" explique Franck Robine.

Ainsi, détaille le préfet de Corse, une personne souffrant d'une toux, de fièvre ou encore de diffucltés respiratoires doit "immédiatement se signaler au centre 15 : c'est la mesure de base pour repérer les personnes qui peuvent éventuellement être porteuses du coronavirus".
 
Coronavirus : pas de mesures restrictives mais une "attention toute particulière"
Intervenants : Franck Robine, préfet de Corse - Marie-Anne Paravisini, Pharmacienne - Angelo Borrelli, chef du département de protection civile italien Equipe : SERRERI Kael - QUILICHINI Thibault - LUCIANI Lionel - Leonetti Guillaume - Costa Hervé - Castelli Julien

Le transfert des patients vers l'hôpital de référence la Timone à Marseille reste à ce stade la principale option si un cas venait à être détecté. Mais les hôpitaux de Bastia et d'Ajaccio vont être aménagés selon des directives nationales.

Les personnels soignants recevront ainsi des équipements spécialisés, parmi lesquels des tenues spécifiques ou encore des brancards anti-contamination. Un parcours particulier a également été pensé dans les urgences pour les malades, afin de limiter les risques de contamination.

Enfin, un numéro vert d'information sur le coronavirus a été mis en place par l'Agence régionale de santé : le 0800 130 000. Les appels sont gratuits depuis un poste fixe et permettent d'obtenir informations et conseils.
 


 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus